A Jean d'Ormeson, son écriture et ses réflexions me fascinèrent

Je suis toutes les publications de cet auteur dont j'ai parcouru tous les livres. J'ai beaucoup apprécié son écriture.

Cet homme de tous les contrastes a magnifiquement exprimé les contingences des hommes sans jamais renoncer à la beauté du monde, se questionnant sans cesse sur le devenir des hommes dans l'éternité, Il inspira mes nombreux questionnements et réflexions sur LA DESTRUCTION opérée par LE TEMPS.

 

Je publie ici le dessin de l'une de ses lectrices avec mon commentaire.

 

26220194_10215179044819184_5585301832477506258_n.jpg27331616_1840822709285926_8227839473045995961_n.jpg

 

 

Vous êtes, Madame, une artiste de talents! Vous avez très bien dessiné "la déchirure" de la Vie laissant apparaître très discrètement la présence éternelle d'un grand écrivain qui n'a jamais cessé d'aimer les hommes. Dans votre "dessin" il y a toute une symbolique : les grands yeux bleus qui expriment la lumière, le regard qui contemple l'immensité de l'océan, quelques rides qui fortifient la sagesse, la bouche qui exprime le silence de la voix...et ces bribes de mots : la finitude, le "devoir vivre" de ceux qui restent, la question fondamentale des humains " : "vous ne savez pas ce que je deviens", les amours qui perdent leurs deux premières lettres, le "toujours" qui en perd quatre et la beauté qui magnifie tout un bel art de vous. MERCI.

 

 

Le présent est une prison sans barreaux, un filet invisible, sans odeur et sans masse, qui nous enveloppe de partout. Il n'a ni apparence ni existence, et nous n'en sortons jamais. Aucun corps, jamais, n'a vécu ailleurs que dans le présent, aucun esprit, jamais, n'a rien pensé qu'au présent. C'est dans le présent que nous nous souvenons du passé, c'est dans le présent que nous nous projetons dans l'avenir. Le présent change tout le temps et il ne cesse jamais d'être là. Et nous en sommes prisonniers.

 

 

Mourir ne me dérange pas. Je suis juste ennuyé par la perspective de ne plus pouvoir savoir ce qui va se passer.

 

S'il y a un Dieu, il est caché, il est ailleurs, il est hors du temps, il n'obéit pas à nos lois et nous ne pouvons rien dire de lui. Nous ne pouvons décréter ni qu'il existe ni qu'il n'existe pas. Nous avons seulement le droit d'espérer qu'il existe. S'il n'existe pas, notre monde est absurde. S'il existe, mourir devient une fête et la vie, un mystère.
Je préfère, de loin, le mystère à l'absurde. J'ai même un faible pour le secret, pour l'énigme, pour un mystère dont la clé nous serait donnée quand nous serons sortis de ce temps qui est notre prison.

 

ob_42bc09_citation-en-image-de-jean-d-ormesson.jpg

 

"Mourir, c'est sortir du temps. Le temps est une parenthèse, une illusion, un songe, et peut-être un mensonge."

 

"Il écrivait comme une ballerine danse sur la pointe des pieds,il avait cette voix,qui se posait comme des mots sur une feuille de papier et,de temps en temps,un peu stridente comme une virgule prononcée,il était beau comme ce papier qu'on a envie de toucher."
 
12642712_1200560053291446_140062763817503115_n.png


30/01/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion