www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

A Madame Sira Sylla, députée à l'Assemblée Nationale Française

Madame, 

 

 

OUI, Madame VOTRE PAYS : LA FRANCE n'a pas du tout bonne presse auprès de la jeunesse sénégalaise.

 

En tant que belge j'y étais dans l'aide humanitaire médicale de 2013 à 2020.

Je puis témoigner que VOTRE PAYS pratique dans son ex-colonie une politique néocoloniale...

 

Contrairement à ce que vous affirmez je puis vous dire que le peuple sénégalais ne souffre aucunement de la faim.

Les scènes de pillages lors de l'arrivée d'Ousmane Sonko ont bien visé des commerces français !

 

Lors de l'élection de 2018, nous savons que celle-ci fut truquée par le Président Macky Sall qui, avant celle-ci, élimina un premier rival potentiel et non des moindres en la personne de Khalifa Sall, maire de Dakar.

 

Dans un second temps, il accepta 4 opposants dont Ousmane Sonko afin de profiter de manque d'unité de l'opposition politique est ainsi éparpiller les suffrages entre ses quatre opposants. 

 

Il apparaît très clairement dans le montage de toute pièce de la stratégie actuelle des éléments de justice qui ont fait comparaître Ousmane Sonko devant la justice de son pays, s'y rendant librement, que le seul but est de discréditer celui-ci pour les élections de 2024. Dans ce débat, on sentait très clairement le manque d'objectivité de Monsieur Adoumbo Mbow déviant la colère de la jeunesse sénégalaise par rapport la possible arrestation d'Ousmane Sonko à la pandémie et au confinement.

 

Pour ne prendre qu'un exemple parmi des milliers, savez-vous qu'Orange fait plus de bénéfices au Sénégal que dans toute Votre France ? 

 

Seul, le sieur Bassirou Diomaye Faye eut le courage de parler de « cabale politicienne »

 

Quand on voit le parcours professionnel d'Ousmane Sonko, son « aura » parmi toute la jeunesse du Sénégal et notamment celle de toute la Casamance, et toutes les embûches que le pouvoir dresse sur son chemin, on ne peut que penser à la non-séparation des pouvoirs dans les structures de l'Etat du Sénégal. Quand on voit que dès son entrée en fonction...

 

 

 

Le Président Macky Sall supprime le poste de « son » premier ministre, qui fut valeureux. La concentration de tous les pouvoirs entre les mains d'un chef d'Etat n'est nullement porteuse de démocratie.

 

Je tenais à vous l'écrire, noir sur blanc.

 

Je vous prie d'agréer, Madame, l'assurance de mes meilleures salutations,

 

Guy Wilmotte,



12/03/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres