www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

A Michel Fagot - hommage







Michel,

Mes pauvres mots ne pourront pas décrire l'homme que tu as été.

Tu étais prêtre, tu avais une foi inébranlable en Dieu et dans les hommes,
ta vie fut un sacerdoce au service des jeunes,
tu leur as transmis les vraies valeurs du monde:
"c'est à l'obstacle que l'homme se mesure".

Au fil de tes rencontres, tu savais si bien nouer les liens fraternels,
tu étais un homme profondément attachant,
ta sagesse venait du coeur.

Tu savais si bien nourrir ces deux qualités superbes... de quelques hommes: la générosité, l'humilité.

Ta tendresse intérieure se noyait dans ton regard et tes sourires,
tu m'as transmis l'empreinte indélébile de ton affection.

Aujourd'hui, tu voyages vers des pays nouveaux, lumineux et subtils,
le 44ème camp des Houches peut commencer:
ton nom résonne dans les brumes neigeuses de Chamonix.

Tu resteras le plus précieux de mes amis,
je porterai toujours le chagrin de ton départ,
Il est de ces douleurs qui ne neigent qu'à l'intérieur.



"Il faut vous enivrer sans cesse de vin, de poésie ou de vertu.
Demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge,
à tout ce qui fuit, à tout ce qui roule, à tout ce qui brille, à tout ce qui chante,
demandez quelle heure il est,
et le vent, et la vague, et l'étoile, et l'oiseau et l'horloge vous répondront:
Il est l'heure de s'enivrer pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui passe. (Charles Baudelaire)



06/06/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres