A toi, mon ami de toujours, (ami inconnu)

mon ami, il y a entre toi et moi mille et une amitiés de toutes sortes, des infortunes, des danses sur table, des vues de lune en plein après-midi, des caleçons qui essuient des bistrots chimaciens, il y a des cerceaux de pailles qui s'enflamment, des trappistes bleues sacrifiées dans des slips retroussés, des prières à des laudes incertaines près de la source de l'Oise, il y a des cumulets remplis de bleus, des longues marches pour y chercher une simple monture de lunettes restée intacte sur un talus d'herbes fanées, attention! il y a des flics sur des trottoirs du Centre qui vous demandent où vous délogez ..Il y a des murs louviérois qui ont 10 cm de béton armé comme couverture...attention!! il y des cerfs évadés des grandes forêts d'Ardenne qui vous menacent de leurs cornes sans pitié, il y a des lapins à la Chimay sans défense dans d'anciennes marmites abandonnées, il y a des artifices qui éblouissent des ados en herbe qui s'y croient, il y a des tas de vieux matelas défoncés outrageusement, il y a d'admirables chercheurs d'amour qui ne trouvent plus leurs souvenirs,...il y a des visites à une princesse désargentée, il y a des après-repas d'anciens qui se terminent chez des grecs flingués par des tueurs à gage,

 

Il y a des bambins qui nous disent: 'vous ne connaissez rien' il y avait tout l'avenir du monde... il reste tous nos rêves d'enfance qui sont toujours là, personne ne repasse par sa jeunesse, sauf nous....! l'enfance est toujours là, il ne faut pas jamais devenir adulte,

 

IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN!

 

DONC, mettons les choses bien au point JE NE Veux pas vous oublier....

 

et si je venais à partir pour l'Afrique de ma naissance, j'emporterais tous vos gestes d'amitié qui sont autant de baisers pour ma petite vie qui reste là comme une ombre derrière un grand soleil et une petite brise et puis, la nuit s'avancera et je l'affronterai...

.

 

Oui, mes souvenirs s'en vont comme les feuilles d'automne au vent mauvais...

ils sont ce que les vieux en font...

 

il y a eu aussi des murs qui s'effondrèrent sur des brouettes innocentes qui furent très vite oubliées par des hommes ingrats, il y eut des allées de carrelage qui ne cessent d'adoucir le pas des hommes, il y eut des évasions, des nuitées incandescentes à Putte pour y dénicher les meilleurs spots qui devaient éclairer des visages imaginaires, il y eut des hommes emplis de la croyance en un dieu de la miséricorde, il y eut des enterrements qui valaient "Le repas de noces" de Bruegel l'Ancien, il y eut un seul coup de fil qui trancha comme un coupe-coupe le cours de toute une vie...il y eut dans nos vies des tas de prêtres qui firent ce que nous sommes, tout ce que nous sommes, tout ce qu'ils étaient, tout ce qu'ils ont été...

 

 

il suffirait de presque rien...c'était hier, il y a quelques secondes à peine et nous voici à l'aube d'une jeunesse nouvelle pour embellir le monde et l'ensemencer de tout l'amour que nous avons reçu de nos ancêtres... 

 



27/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion