Aux voyageurs du Sénégal

 

Les Salutations à la sénégalaise
 
Au Sénégal, les salutations paraissent souvent interminables et comme on y comprend rien, on pense qu'on nous demande 15 fois la même chose... Elles sont assez longues, c'est vrai, mais procèdent d'une vraie tradition. Essayons de voir plus loin : Salam Maleikum pour commencer, ça va, répondre maleikum salam. Namounala (tu m'a manqué, même si on c'est vu il y a deux jours) ; répondre malarao (toi aussi) Getna la gis (ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vus) Loubess ? (quoi de neuf ?) Dara bessoul (rien de neuf ! ne pas chercher autre chose, on s'en moque !) Naka afeiri (et les affaires ?) Naka keur gui ? (et la maison ?) mingui fi (ils sont là) Naka khaleyi ? (et les enfants ?) mingui fi (ils sont là) Naka liggey ? (et le travail ?) ni rek (rien à dire) et de nombreuses autres (je n'ai pas la prétention de tout savoir non plus !) Passés ces différentes phrases invariables, auxquelles vous aurez répondu de manière mécanique, rapidement si vous ne voulez pas y passer la journée, la véritable conversation peut commencer.
Les salutations trop brusques et rapides frustrent les sénégalais, et j'ai vu des gens se faire indiquer un mauvais chemin en voiture parce qu'ils s'étaient arrêtés et avaient directement posé la question après un rapide bonjour !

 

 

L'amour, l'amour toujours...
 
C'est vrai, on tombe facilement amoureux en Afrique. On est dans un autre environnement, il fait beau, on est en vacances, on oublie tout, on vous accueille comme si vous étiez la Xème merveille du monde (beauté, intelligence, humour... même si personne en France ne vous avait jamais reconnu l'ensemble de ces qualités avant !!!), tous les égards sont pour vous, toutes vos erreurs ou maladresses sont prétexte à rire et vous sont pardonnées, bref, on se sent bien, très bien... on est bien entouré, la population est souriante, apparemment insouciante, on est tous ensemble, les hommes sont beaux, les femmes sont sculpturales, gracieuses, leur peau est lisse, on a envie de toucher leur cheveux ... Les hommes sont prévenants, galants, aux petits soins, s'enquérant à tout moment de votre bien être ; les femmes sont gentilles, gaies, un peu moqueuses aussi.... BREF, si dans notre vie d'avant, en France, on est un peu seul, ou un peu fragile, ou un peu triste et déprimé : tout est oublié ! Même si on se trouve un peu vieux, ou un peu trop grand ou trop gros ou trop petit ou avec le nez comme ci ou les yeux comme ça... il y aura toujours quelqu'un pour vous faire comprendre que vous êtes l'HOMME IDEAL ou la FEMME IDEALE... alors, comment résister ?
Oui, comme je l'ai dit précédemment, on tombe facilement amoureux au Sénégal ; les gens sont chaleureux, charmants, souvent très beaux, bref ! c'est tentant ! Mais il faut savoir ce que l'on fait. Au Sénégal, si on tombe sur des gens corrects j'entend, on ne joue pas avec son sexe, si on se sent attiré, qu'on se sent bien avec la personne, on doit tout de suite se demander si on est prêt à se marier avec cette personne, à fonder une famille, à vivre pour l'éternité avec elle, car ici, on se marie et ensuite seulement on touche ! Donc, réfléchissez bien avant de commencer quoi que ce soit, car sinon, vous risquez de vous retrouver dans une situation que vous ne pourrez pas maîtriser...et mettre la personne que vous appréciez en porte à faux par rapport à sa famille, à sa religion, à ses objectifs de vie... en lui donnant une image déplorable des français (qu'ils ont déjà). Je ne souhaite pas à mes proches sénégalais de se faire des illusions avec les personnes qu'ils vont rencontrer à travers moi, je veux que ce soit très clair... merci d'y réfléchir !
 
Montrer ses sentiments ? Vous n'y pensez pas !
 
Contrairement à ce qu'on pourrait penser, en voyant des sénégalais joyeux filles et garçons, chahuter, plaisanter, et bien, dans la relation qui unit ces deux personnes-là, il n'y a rien que de la camaraderie ! On se touche, on se prend dans les bras, on se tient par la main, c'est possible car c'est « innocent ». A partir du moment où on retrouve ces deux-là mariés, tout devient différent ! "Ce qui touche leur intimité se passe dans la chambre" comme on dit au Sénégal. Une certaine pudeur est de rigueur car c'est une relation sacrée, elle n'a pas besoin de démonstration publique. Par exemple, lors de grandes fêtes qui rassemblent plusieurs familles, il est quasiment impossible de savoir qui est marié(e) avec qui ! Rien ne le laisse supposer, aucun geste ni regard. Les hommes d'un côté bien souvent et les femmes entre elles. Même un couple de jeunes mariés ne se promène pas "bras dessous bras dessus"dans la rue, ni à plus forte raison ne s'embrasse en public !
 
Des bisous dans la rue ? Vous êtes fou ou pas!...
 
C'est très déroutant pour nous autres occidentaux... ou la démonstration de la tendresse est une preuve de tendresse ! Dans le cas des couples mixtes, cela pose des problèmes car quand l'occidental(e) du couple mixte attrape la main ou embrasse son ami(e) devant d'autres personnes, ou dans la rue, en Afrique, hein, car en Europe c'est évidemment différent, l'africain (e) sera tellement gêné(e) qu'il(elle) ne dira rien... Toujours dans le cadre du respect de la culture de l'autre, on doit respecter cela, même si parfois on se dit que c'est dommage, et que c'est mieux en occident... Mais à l'inverse, avouez de d'être spectateur de deux amoureux qui se bécotent avec voracité en face de vous dans le métro, met parfois mal à l'aise... Toujours dans le même ordre des choses, on se dit que les spectateurs sont peut être seuls, et qu'il est gênant de leur montrer notre relation si eux n'ont pas la chance que l'on a etc.

Montrer ses émotions ? Jamais !
 
Au Sénégal, les gens cachent leurs émotions fortes dans la mesure du possible. Ils ont une conception très intéressante pour cela : si tu as de la peine, et que tu pleures devant ceux que tu aimes, tu leur feras de la peine ; si tu pleures devant des gens qui ne t'aiment pas, tu leur donneras des choses à raconter autour d'eux. D'où une certaine gêne lors des adieux par exemple, qui restent très dignes et semblent parfois froids, alors que c'est la pudeur et la retenue qui priment. Cet état de fait nous fait souvent penser que certains sénégalais, surtout les hommes, sont insensibles ou indifférents, ce qui n'est pas le cas...
 
Les effusions bruyantes et exubérantes ne sont jamais visibles entre les gens unis par un lien sacré... Tout le contraire !
 
La nourriture...vive la thieboudienne!
 
Le rapport à la nourriture est très différent au Sénégal par rapport à l'Europe. Je vais vous donner quelques exemples dans la vie quotidienne :
 
1) Quand on achète quelque chose dans une boutique, par discrétion, on emballe toujours dans un sachet en plastique, pour ne pas montrer qu'on a acheté ceci ou cela et risquer de croiser des personnes qui ne le peuvent pas, ou donner envie aux gens qu'on va croiser...
 
2) On ne mange pas ni ne boit dans la rue : si vous avez soif et achetez à la boutique une bouteille de soda, buvez-la dans la boutique ou emportez-la et buvez-la dans votre chambre, et pas non plus devant les personnes qui sont dans la maison avec vous, qui elles aussi voudraient bien en profiter. Dans ce cas, on achète une grande bouteille et tout le monde en boit un peu... On achète un kilo de bananes et on les coupe en morceaux pour partager avec les gens présents...
 
3) On ne demande pas à quelqu'un "tu en veux ?" il répondra toujours "non" par gêne ! Si vous achetez des biscuits, des fruits, ou m'importe quoi qui se mange, et avez envie de les partager, vous faites la distribution, sans demander. On présente l'assiette, c'est tout ! Si vous n'avez pas envie de partager, vous mangez dans votre chambre mais pas seul devant les autres. Vous constaterez que le partage est automatique, ceci explique entre autre pourquoi on achète tout à l'unité, quand on ne peut pas se permettre de partager faute de moyens !!! Si vous achetez un paquet de gâteaux, il sera vidé en quelques secondes ! C'est normal, les personnes autour de vous n'ont pas l'occasion d'acheter et de manger ces gâteaux tous les jours... on prend ce qui se présente ! Donc, pensez-y quand vous serez sur place, regardez comment font les autres, écoutez, et adaptez-vous !
 
Histoires de petit coin
 
Parlons-en ! En effet, vous ne trouverez pas au Sénégal de chaises anglaises partout, loin de là... 1) la règle : siège à la turc, sans chasse d'eau, avec un robinet, un seau d'eau, un pot, bref, chasse d'eau manuelle ! mais surtout, comble d'horreur pour les européens : pas de papier !!! Et oui, un sénégalais vous dira qu'on est vraiment sales d'utiliser du papier pour tout étaler, et un français dira que c'est vraiment pas évident de se laver à grande eau (ou petite eau), c'est ça la confrontation des cultures, ça se niche dans tous les coins, même les petits ! Un peu d'humilité ! Et si les africains avaient raison ? (sans parler de la gestion des déchets, des économies, et des fosses septiques où le papier se colle au fond, ni de l'hygiène incomparable que cela procure...) Un peut d'humour également ! vive le SATALA, petite bouilloire en plastique coloré qui sert à se laver après coup, bon, il fait chaud, ça sèche vite ! On s'habitue très vite, il faut juste essayer... En brousse, bien souvent, les maisons n'ont pas de toilettes, juste deux pierres derrière la maison pour mettre les pieds (c'est juste pour la petite commission !) il n'y a pas de trou, donc pas de fosse, ne polluez pas les lieux ! Cherchez un petit coin à l'ombre, partez avec votre satala, c'est le signal ! Personne ne vous suivra, ni ne regardera (les gens ne sont pas voyeurs, s'ils vous tombent dessus, ils détourneront bien vite leurs regards et n'en parleront jamais...). Bref, passez au satala et qui sait, vous pourrez en ramener un au retour, en souvenir, et s'il ne fait pas trop froid, vous pourrez même vous en servir... pour la bonne cause !
 
Faire la queue ? cela n'est pas de mise !!!
 
Il semblerait qu'il est impensable pour un sénégalais de faire la queue, où qu'il se trouve : vous êtes à la boutique pour acheter quelque chose, tout le monde vous passe devant, se fait servir, alors que vous êtes en cours avec le boutiquier, le tout sans un mot d'excuse ! C'est comme ça ! Les grands comme les petits... et si vous faites une remarque, on vous dit : oh excuse !" et on continue de plus belle! On m'a même dit une fois : "Oui, mais moi je suis pressé !" C'est la même chose dans les administrations où vous tentez d'expliquer votre problème à un guichet et, pendant tout votre entretien, des personnes arrivent, vous coupent la parole pour expliquer leur problème, vous poussent, le guichetier change donc de client avant de revenir à vous pour continuer avant d'être interrompu de nouveau ! Il faut une bonne dose d'humour et de patience, car ici c'est naturel, tout le monde fait cela ! Et il ne sert à rien de s'énerver car on vous regarde de travers... on rit en disant : ah ! l'Afrique, c'est mal organisé, hein ? mais on y arrive quand même. J'ai surtout beaucoup d'admiration pour les fonctionnaires qui passent du coq à l'âne sans avoir l'air de rien... Le plus cocasse et que quand vous retrouvez les africains en France, ils font la même chose ! Il passent directement au guichet ou à la caisse, mais ils se font rembarrer assez vertement quand ils passent devant tout le monde à la boulangerie... et là, avec beaucoup moins d'humour...
 
Manger à la sénégalaise ? Oui, bien sûr!
 
Au Sénégal, on mange traditionnellement par terre, assis à même le sol (je vous passerai sur la posture typique des hommes et celle des femmes, quasiment impossible à exécuter sans de longues années de pratique !!), sol donc sur lequel on a mis une natte en plastique, ou alors on est assis sur un petit banc bas (c'est quand même plus pratique pour nous autres européens) ; le plat commun est posé au milieu du cercle (on l'appelle le BOL) et on mange avec la main droite, s'il vous plait, avec la main lavée ou avec une cuillère à soupe, et devant soi, et pas dans le quartier du voisin d'en face !!! S'il y a des arêtes dans le poisson ou des déchets de tous genres, contrairement à la France où on met bien soigneusement sur le bord de son assiette, au Sénégal on met par terre, sur la natte ! sinon, on salit le plat ! ceci est très déroutant pour, mais il faut s'y faire, et si on y réfléchit... Le plat traditionnel du midi est le tiep bou dieun (riz au poisson) mais il y de nombreux plats typiques comme le mafé à base de viande de zébu et de sauce de pâte d'arachide ou le yassa poisson ou poulet (grillés au feu de bois) avec une sauce oignons et citron (mon préféré !). On boit quand on a fini, de l'eau... ou si il y a des invités, du Coca ou du Fanta... c'est le dessert ! la petite note sucrée pour finir... on aura le thé à la menthe ensuite, ou les trois thés en fait, qui durent de 1 à 4 heures (profitez-en pour essayer ! La mousse est un peu compliquée à faire mais c'est un moment de vraie convivialité où on refait le monde)
 
Eh! les africains, il faut partager, hein ?
 
On pense souvent à "de pauvres africains qui n'ont rien", les famines qu'on nous montrent à la télé, les guerres, et on se dit : quand même ce continent n'a pas de chance !!! On ne croit pas si bien dire... Depuis des siècles, tout ce qui a pu être volé à l'Afrique l'a été par les européens ! Les richesses minières, les forêts, les animaux, les hommes pendant l'esclavage, puis les guerres ! On a cherché à leur imposer la religion, notre manière de s'habiller, de manger, de se soigner. On leur a vanté les mérites du Nescafé (vive le kinkéliba !), de l'Omo (en telle quantité que le linge est impossible à rincer !), du cube Maggi (tous les plats ont le même goût !), du Banania, du lait en poudre (alors que les troupeaux de zébu sont partout !), et même du pain blanc carton (vive le tapalapa traditionnel !). Au nom des intérêts économiques, on maintient les africains dans un état de domination, en corrompant leurs dirigeants, par exemple, ou en faisant des échanges iniques avec des pays qui pillent les quelques ressources en échange de construction d'écoles ou de dispensaires sans moyens ni personnel , en faisant croire au Monde que les africains sont immatures et incapables de prendre leur destin en main enfin, en faisant de l'ethnicisme dans tous les coins où des richesses restent à exploiter pour valider l'infantilisme et l'irresponsabilité de ces peuples... Combien d'européens se sont enrichis et s'enrichissent encore sur le dos de l'Afrique ? Que ce soient les européens qui y vivent et y travaillent en payant leurs employés au minimum, et se plaignent d'être volés, ou des hommes d'affaires peu scrupuleux qui concluent des marchés juteux avec les gouvernements qui ne voient qu'à court terme leur propre intérêt ? Combien d'africains sont morts pour des causes qui n'étaient pas les leurs ? On nous a caché tellement de choses dans nos livres d'histoire que cela donne le vertige ! Il y a tout en Afrique, et en suffisance ! Il s'agit de le partager, pourquoi est-ce si difficile d'y parvenir ?
 
 
On s'habille décemment, alors!
 
En France, un short et un tee-shirt, et tout va bien... Mais au Sénégal, il en va autrement, on est au contact avec la population, on ne doit pas se comporter en "touristes ignorants et/ou pas respectueux", et surtout si on se trouve en brousse. En effet, le Sénégal est un pays musulman, ceci implique que les jambes soient couvertes... Comme on respecte la population, cela ne pose pas de problème car on n'a pas envie d'être regardé de travers... ou d'être importunée par les garçons à l'affût de toute occasion qui se présente, car ici les femmes ne portent pas de pantalon, mais des pagnes ou des robes longues. Un sénégalais m'a dit un jour : "chez nous, on dit que quand on voit les jambes d'une femme, on connait tout de son anatomie !" Croyez moi, ça m'a beaucoup fait réfléchir ! Donc privilégiez les vêtements légers, en coton, amples et confortables, qui se lavent facilement car on fait beaucoup la lessive à cause de la poussière !
 
Inch'allah !
 
Au Sénégal, la plupart des phrases se terminent pas "inch'allah !":
 
" On fera ça demain, Inch'allah !" " j'irai voir ma mère, inch'allah !".
 
On reproche souvent aux sénégalais à cause de cela un fatalisme péjoratif, qui leur éviterait de s'engager, d'être ponctuels, d'être prévoyants même ... Mais inch'allah ! signifie "que Dieu le veuille" et non "Si Dieu le veut" comme disent les chrétiens... alors pourquoi ne reproche-t-on pas aux chrétiens ce fatalisme ? Prenons cette expression "inch'allah !" comme un porte chance pour les événements de la vie à venir... C'est aussi une manière de se consoler par avance des drames de l'existence, nombreux dans des pays où tout manque et où on ne maîtrise rien...
 
 
Comment rater à coup sûr son avion ?
 
Au Sénégal, tant que le muezzin n'a pas fait l'appel à la prière de 5 heures, on est toujours le même jour, alors que les occidentaux change de jour à minuit 1 minute ! Ce qui fait que par exemple, si vous partez à 3 heures du matin le samedi, pour un sénégalais, vous partez le vendredi !
Il y a des nombreuses incompréhensions, quiproquos à ce sujet et il vous faut être très vigilants,  Un exemple avec Anne, arrivée 1/4 d'heure trop tard à l'aéroport de Dakar : seul un billet AIR FRANCE disponible, à 1 230 euros aller simple, qu'elle n'est pas en mesure de se payer !!! Validez bien avec vos interlocuteurs qu'ils ont bien compris à quelle heure ils doivent venir vous chercher et quel jour. Ne dites pas : RDV dimanche à 3 heures". Préférez dire : "RDV dans la nuit de samedi à dimanche à 3 heures"... ça n'a l'air de rien et pourtant cette petite différence peut créer de gros stress, sans parler de la note de téléphone quand on doit intervenir de la France pour régler la situation ! Il est indispensable que vous gériez vous même EN TOUTE RESPONSABILITE vos transports pour ne pas être en retard.
 
Comment s'organiser pour partir?
 
 Tout dépend de chacun, de ses envies de ses choix, de sa famille...
 
Soit on réserve une formule tout compris chez les grands tours opérateurs et on se retrouve dans un de ces palaces qui bordent l'océan.
La club Marmara est le plus célèbre, personnellement, j'ai séjourné une semaine aux Filaos de Saly. Mention: très bien!
Attention, l'hôtel s'occupe de tout, hébergement et excursions, vous n'aurez donc guère de contact avec la réalité de terrain...pas question de vous laisser immerger dans le bain sénégalais.
 
Soit vous décidez de réserver un avion par vous-même et de partir à l'aventure, je connais quelques très bonnes adresses pour votre hébergement, comptez environ 400 euros par mois pour une villa deux chambres dans une résidence.
 
Là, vous serez libre de voguer comme bon vous semblera sur les pistes et à travers les ruelle de la cité noire. Un bon guide blanc dès le début qui vous initiera aux pièges des sénégalais et puis vous pourrez naviguer à votre aise.
Ne craignez surtout rien, il n'y a aucun danger d'Ebola ni d'attaques personnelles, au Sénégal, il fait bon vivre et tous les sénégalais pratiquent la plus chaleureuse hospitalité envers leurs hôtes. 
 
LES VACCINATIONS, VOUS Y PENSEZ?
 
Personnellement, durant mes trois séjours, je n'ai fait aucune vaccination et j'en suis bien sorti!
Vous pouvez prendre des médicaments contre le paludisme mais attention il n'y a pas de vaccin et le seul médicament sur le marché provoques des hallucinations et des envies suicidaires, à vous de choisir!
Munissez-vous quand même de médicaments pour les maux d'estomac, les maux de tête, les diarrhées, les constipation et des antibiotiques.
Sachez qu'on les trouve aisément dans les diverses pharmacies du Sénégal mais à un prix élevé.
 
 
FAUT IL UN VISA OU PAS? 
 
Non, depuis mai 2015, le Sénégal a supprimé le visa, vous avez juste besoin de votre passeport
vous pourrez ainsi séjourner trois mois sur le territoire sénégalais.



25/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion