www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Belgique4

L'abbé Paternoster (en vie)


L'abbé Paternoster,  après avoir été professeur, occupa longtemps les fonctions d'économe de mon collège.
Grand ami et complice de l'abbé Selvais, il était chargé de toute l'intendance.
Et ce n'est pas peu dire:  300 membres du personnel et quelques 2000 élèves.
L'institut comptait outre une école primaire, une école d'enseignement général et hôtelier.
Les sections techniques étaient assurées par un économe laïc.
Monsieur l'économe Paternoster supervisait le tout!

Dans son bureau du rez-de-chaussée où trônait une grande cheminée et où la lumière perçait difficilement, il avait déjà fait installer des barreaux à la seule fenêtre donnant sur une petite cour intérieure.


Personnage gargantuesque sorti tout droit de Rabelais, amateur de bonne chère et de  vins fougueux, fougueux parfois, il se plaisait à dialoguer avec l'abbé Selvais en patois louvièrois.Durant de longues années de retraite, ils fréquentèrent toujours à deux le restaurant Fortunati.

Monsieur l'abbé, vous avez beaucoup donné pour la splendeur de mon collège



Monsieur l'économe avait "à sa disposition" un couple d'intendants: Léon et Yvonne qui vivaient dans "leurs appartements" à l'école.




Histoire


Avant la création de l'école hôtelière, ils étaient chargés de l'intendance des prêtres et des laïcs qui vivaient "intra muros".
                         
Monsieur Léon s'occupait de l'équipe des ouvriers.
Tous les matins de classe à la pause de 10 heures, les professeurs venaient déguster le café de Madame Yvonne au "chauffoir", une minuscule pièce intérieure avec un vieux toussotant radiateur de plomb.Sur le grand mur, les grands tableaux d'affichage où les directives pédagogiques, les horaires journaliers, les remarques individuelles et  les conseils du jour se succédaient "ad valvas";  en face un énorme bureau-table de sapin laqué appelé "le tombeau de Charlemagne" , surmonté d'une petite bibliothèque où se dressaient de poussiéreux tomes de l'Histoire Universelle.

A l'intérieur de cet énorme bureau-catafalque, monsieur le directeur "avait fait installer des écouteurs."
La légende a longtemps couru parmi les jeunes professeurs.

Une grande pièce contigüe, carrée, aux murs tapissés à mi-hauteur servait de réfectoire pour les prêtres et les Laïcs résidants. Au fond, une unique table surmontée d'un grand Christ nous rassemblait pour les repas de midi.A table, chacun avait sa place:

Monsieur le direc
teur siégeait au milieu, tel Jésus et ses douze apôtres.



Les repas s'organisaient  selon le rite immuable de la prière.
Personne ne commençait à manger avant Monsieur le directeur...
Madame Yvonne servit parfois des mets à la saveur d'ail, Monsieur le directeur faisait illico presto renvoyer ce plat en cuisine!

Au fur et à mesure des années, cette pièce devint le lieu de rendez-vous matinal des professeurs.




Je ne sais trop que dire, ni par où commencer
Les souvenirs foisonnent, envahissent ma tête
Mon passé revient du fond de sa défaite
Non je n'ai rien oublié, rien oublié
Charles Aznavour



Cliquez ICI pour suivre



27/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres