www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Bois-du-Luc



Il faut venir à Bois-du-Luc,
avec respect.
Le sol qu'on touche ici,
les constructions qui s'y allongent
sont témoins d'une épreuve humaine
vécue durant trois siècles
par un peuple ouvrier
dont la seule richesse
était l'humble espérance.

Que reste-t-il de l'espérance ?
La profondeur du sol a donné tout son fruit;
notre noire richesse n'est plus qu'un souvenir;
nos usines s'écroulent...
il reste au moins des hommes,
et surtout des petits,
à qui nous rediront la confiance et le geste
de ceux qui ont osé,
en d'autres temps pénibles,
s'engager pour toujours,
et bâtir l'impossible.

Nous clamerons aussi
 le courage et l'ardeur
des rudes charbonniers,
Belges ou immigrés
qui, dans l'accueil et l'amitié,
ont appris à lutter ensemble,
au cours des siècles.

Ceux qui savent s'unir,
et donner, et combattre,
donneront sens à notre vie.

                                                                        Abbé Robert Pourbaix 1985

"Je brûle et je me consume: tout ce que je touche devient lumière.Et tout ce que je laisse devient charbon.A coup sûr, je suis flamme".F.Nietzsche)





20/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres