www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Ce jeudi 18 juillet, j'ai perdu mon petit Moustapha

  DSC06729.JPGDSC06928.JPGDSC05907.JPG

Moustapha s'en est allé vers son village d'origine à quelque 200 km de Saly, sa maman est venue le rechercher à la daara... Ce fut une vraie déchirure

 

Je reverrai toujours dans ma vie d'homme

le sourire et ses beaux yeux d'enfant

qu'il me lança quand il partit,

une déchirure....

qui me fit pleurer...

7b3c664616eb1b9a537c2cd4e06d815d.jpg
 

 DSC06659.JPG

Le temps, petit Moustapha, 
Où tu m'arrivais à la taille
Ça me semble encore tout à l'heure
Mais déjà, tu m'arrives au coeur

Pour toi commence la bataille
Le temps, petit Moustapha, 
Que je te fasse un peu l'école
Me semble venir aujourd'hui
Redonne-moi de cet alcool
Que je te parle de la vie
Tu verras

Les amis ne meurent pas
Les enfants ne vous quittent pas
Les femmes ne s'en vont pas
Tu verras

On rit bien sur la Terre
Malbrough ne s'en va plus en guerre
Il a fait la dernière

Tu verras
Et puis, petit Moustapha, 
Chez nous, personne ne vieillit
Nous sommes là et ne crois pas
Que nous partirons d'aujourd'hui
Pour habiter dans autrefois
L'amour, c'est tous les jours
Qu'on le rencontre dans la vie
Et rien ne passe et rien ne casse
Redonne-moi de
Tu verras
Les femmes infidèles
On les voit dans les aquarelles
Elles vous querellent sous les ombrelles
Dans la vie, ce ne sont pas les mêmes
Elles nous aiment, 
Un homme, petit Moustapha 
Ce n'est jamais comme un navire
Qu'on abandonne quand il chavire
Et tout le monde quitte le bord
Les femmes et les enfants d'abord
Tu verras

Les maisons ne meurent pas
Les idées ne vous quittent pas
Le coeur ne s'en va pas
Tu verras

Tu vas suivre en beauté
Les chemins de la liberté
Tu vivras tu verras
Comme moi
Le temps, petit Moustapha, 
Où tu m'arrivais à la taille
Ça me semble encore tout à l'heure
Mais déjà, tu m'arrives au coeur

Pour toi commence la bataille
Alors, petit garçon, 
Moi qui t'aimais, toi qui m'aimais

DSC06988.JPG
DSC06748.JPG

 

Moustapha,

 

tu ne seras plus coranisé

outrancièrement,

 tu n'apprendras plus

les versets du  Coran par coeur,

tu ne verseras  plus l'aumône

à ton marabout profiteur,

 

tu seras au milieu des tiens

et tu seras un homme,

tu auras au moins appris le partage

entre les enfants pauvres

mais tu trouveras ton bonheur,

 

Je me souviendrai toujours de toi...

Un jour, j'invitai des amis chez moi, 

El Hadji t'avait fait prendre une douche,

Il t'avait acheté des vêtements neufs 

et tu étais assis à la place du ROI!

 

 

je t'aimerai toujours....simplement

parce que tu me manqueras toujours...



19/07/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres