Dakar, capitale de l'émergence, ville sale et polluée

Dans de très nombreux articles, je vous ai entretenu de la beauté de ce continent d'Afrique et de ce Sénégal qui chaque jour attire mon admiration.

Mon récit ne serait pas objectif si je ne soulignais pas, de temps à autre quelques points négatifs que ce beau pays doit s'évertuer de solutionner.

 

Il en va de sa capitale, Dakar, majestueuse  et polluée, tous les contrastes de l'Afrique noire sur le chemin de son émergence...

 

16787309-21450815.jpg18001863-22324447.jpg26343670-27158297.jpg

A Dakar, le trafic de voitures de toutes sortes est si dense qu'à certains moments de la journée, tout est paralysé. Les limousines les plus luxueuses côtoient les taxis jaunes de la capitale, les "clandos", les "djakarta", les "ndianga ngiayes", les cocher et leurs charettes...

Partout sur les routes du Sénégal, on rencontre les "clandos": vieilles voitures avariées de toutes parts, pare-brises brisés, carrosserie rafistolé de touts côtés vaille que vaille, tableaux de bord inopérants, portières s'ouvrant en tirant sur des cordes, pneus usés, elles ont peut être avalés de centaines de milliers de kilomètres, elles roulent vaille que vaille sans la moindre des sécurités minimales...

Ces clandos sont si délabrés qu'ils ne devraient même pas transporter des animaux...

La question est lancinante: "comment de tels véhicules peuvent ils assurer tranquillement le transport de personnes sous le nez et la barbe des gendarmes et des policiers qui savent parfaitement qu'ils ne détiennent aucune des pièces les autorisant à s'adonner à un tel transport?

Personne ne peut imaginer que les conducteurs de ces guimbardes présentent une carte grise, une visite technique ou une assurance...

S'ils les présentaient, ce serait gravissime et les services qui les leur auraient délivrées mériteraient les pires sanctions!

 

taxi-clando.jpgtaxi.jpg

 

 Un jour, le conducteur de mon taxi qui pilotait une voiture en bon état, fut arrêté au moment où il sortait de la station, il avait oublié d'attacher sa ceinture de sécurité: un jeune policier l'arrêta, lui réclama ses pièces et mon conducteur s'exécuta immédiatement. Il lui rendit ses pièces sauf son permis de conduire et se mit à rédiger un papier jaune. Il lui répondit tout sèchement qu'il n'avait pas mis sa ceinture. Avec dédain, il lui dit qu'il avait jusqu'au lendemain pour récupérer son permis à la police...

A Dakar, les policiers laissent passer trois, quatre clandos "supposés en règle" puis arrêtent le suivant.

ICI, les cimetières de véhicules sont vides! Tous les cadavres sont remis en circulation... On pourrait facilement imaginer que les propriétaires de ces clandos sont ... des policiers ou des gendarmes...


rifjifukjwhiylmyclkv.jpgun-des-fameux-ndiaga-ndiaye-petits-bus-poussifs-de-dakar.jpgclandos_photo-scaled500.jpg

Et  puis il y a partout les "ndianga ndiaye" : ces minibus mal en point qui viennent de toutes les régions du Sénégal. On en rencontre partout à Dakar, bourrés de clients jusque sur le toit et les marches-pieds.

 

Dans toutes les villes du Sénégal, on rencontre le cochers et leur charrette, dans la petite ville de m'Bour, leur transport de clients est incessant, le tarif varie en fonction du nombre de clients transportés.. De grand matin, je vois de chez moi, ces petites charrettes qui conduisent les enfants à l'école. Le problème se situe dans leur intégration au milieu des grandes villes.

 

caleche.jpgCapturFiles-01-44-2014_08.44.55.jpg

 

 Les conséquences de tout ce tohu-bohu sont désastreuses...

 

- circuler à Dakar devient une véritable course du combattant

- toutes les zones et quartiers connaissent des embouteillages monstres

- Dakar (rapport de l'Oms, organisation mondiale de la santé) est la deuxième ville la plus polluée au monde après New Dehli, capitale de l'Inde....

En terme de pollution atmosphérique, elle devance Pékin, Johannesburg et Jakarta.

Nous savons que la pollution des villes tue deux fois plus qu'on ne le pensait:

 

La mauvaise qualité de l'air est responsable: 

de 8,8 millions de morts par an dans le monde

de 2,8 millions en Chine, 8 millions en Europe, 67000 en France...

 

Dakar n'est pas seulement une ville polluée par l'intensité de son trafic, elle est aussi polluée par sa saleté...

 

Dans nombre de quartiers de Dakar comme dans sa banlieue, on est incommodé par les ordures et les eaux usées nauséabondes (voir mon article sur la résistance des moustiques) 

Des ordures sont déversées presque partout, jusque dans les rues les plus fréquentées.

Il y a aussi les gravats et les branchages qui sont une autre plaie de la capitale de l'émergence...

 

dechets_2_pollution.jpgD1DNscZW0AQi7p4.jpgDakar-Capitale-sale-Sénégal.jpg

 Personne ne se soucie guère de la conséquence que ces gravats entraînent: ils enlaidissent les quartiers les plus huppés,  et ils sont,pour beaucoup dans l'aggravation des inondations! Ils surélèvent le niveau des rues et s'opposent l'infiltration des eaux de ruissellement. Ces gravats envahissent tous les espaces vides qui ne sont pas éclairés la nuit...

 

Dakar est devenue une ville en pierre : les responsables politiques ne sont préoccupés que par la construction sauvage et leurs propres gains, ils négligent le respect des espaces publics, les plantations d'arbres...

 

L'émergence dans le laisser-aller est une vue de l'esprit.

 

 

 



27/03/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion