www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Et si on s'ingéniait à respecter les professeurs...

L'école d'aujourd'hui est comme une république
sans conseil des ministres!!




si on cessait de considérer les professeurs comme des élèves…


si on rétablissait publiquement et surtout devant les élèves la considération qu'on leur doit…


si, lors de la moindre difficulté, on ne convoquait plus le professeur  avec des élèves…

si la direction faisait rapport de l'entretien qu'elle avait eu  avec l'élève envoyé par le professeur...


si l'élève n'était plus autorisé à réintégrer sa classe pace que le professeur
l'avait exclu de son cours…


si on ne laissait plus croire de prime abord à l'élève que le professeur aurait peut-être tord et que lui aurait raison in fine…


si l'élève n'était plus autorisé à se rendre aux toilettes durant les cours!


si on apostrophait plus des élèves en entrant dans une classe sans tenir compte de la présence du professeur…


si on ne baignait plus les professeurs dans le brouhaha des élèves…

si le silence était respecté par nos élèves dans les couloirs de nos classes...


si on ne critiquait plus certains professeurs devant des élèves même s'ils paraissaient "critiquables"…

si on permettait à nos grands élèves des classes terminales de "parrainer" nos petits du 1er degré dans leur épanouissement...

si les élèves n'étaient plus autorisés à "se balader" dans le couloir des bureaux du 1er étage...

si cet espace était strictement réservé aux profs comme autrefois...

si les élèves qui fréquentent les locaux face rue Boël empruntaient le rez-de-chaussée...

si le "Tapis vert" devenait le local "majestueux" de tous les professeurs du 55...

si le local actuel des professeurs était transformé en un bureau pour un ou deux surveillants du 1er étage...

si aucun élève ne pouvait avoir le droit de demander à rencontrer un professeur à la pause de 10 heures...(sauf cas exceptionnels)

si, dès la rentrée de septembre, les profs étaient tenus au courant des problèmes particuliers du vécu de leurs élèves...

si, lors des conseils de classe, on discutait des résultats mais aussi de l'enfant...
en se souciant de son vécu...

si on "réorganisait" les journées insolites dont le but majeur est de permettre à tous les élèves -toutes sections et classes confondues-de se rencontrer amicalement dans des activités extra-scolaires...

si on dynamisait notre équipe de braves ouvriers...

si les nouvelles attributions étaient proposées aux professeurs dès septembre...

si  on organisait nos proclamations de fin d'année dans la grande salle des fêtes avec un peu plus de panache...précédée par ex. d'une pièce de théâtre...
avec des invités extérieurs...

si on parvenait à responsabiliser plus concrètement chacun de nos élèves...
création de délégués par section...

si les titulaires ne se limitaient plus à recopier les bulletins de leur classe...

si on recréait les conditions minimales afin que les professeurs soient respectés de tous les élèves...

si l'on créait des activités non-pédagogiques pour raffermir les liens entre les professeurs...

si l'on apprenait à marier  l'utopie et  l'idéal des jeunes professeurs avec les alertes et les expériences des aînés...
"L'expérience est une lanterne accrochée dans le dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru".(Confucius)

si la direction réunissait régulièrement son conseil des ministres...(composé à chaque rencontre d'un nouveau staff de membres de son personnel)

si les directions étaient choisies en fonction de leur formation et de la spécificité de leur école...

et si mon collège renouait avec sa grandeur...

LE POUVOIR, C'EST AVANT TOUT D'UNIR DES HOMMES...

et si on inventait le futur...


Tout pouvoir vient d'une discipline et se corrompt dès qu'on en néglige les contraintes...










01/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres