www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Et toi...(1)


      



1.Et toi, le professeur de langues, spécialiste de toutes les subtilités linguistiques,  avec toute ta tendresse pour tes élèves, je ne t'oublie pas...

2.Et toi, le professeur d'étude du milieu, qui, dès l'aube matinale, scrutais sans cesse les journaux en quête de plans médiévaux  sur le chemin de Saint-Jacques  d'Hoeilaart  à Compostelle...je ne t'oublie pas...

3.Et toi, le professeur de physique avec cet accent du patois des gens du nord, avec pour seule autorité, la justesse de tes expériences...je ne t'oublie pas...

4.Et toi, le professeur de gymnastique, le premier arrivé de bon matin, qui préparais le café pour tous tes collègues... je ne t'oublie pas...

5.Et toi, la petite professeur d'économie aldienne, ancienne élève, formée aux méthodes du temps jadis... je ne t'oublie pas...

6.Et toi, le professeur de français, mouillant cent mille fois ta chemise pour insuffler à nos derniers élèves le goût des grands auteurs... je ne t'oublie pas...

7.Et toi, la jeune professeur de religion embellie par le sourire de ta jeunesse et de ton idéal... je ne t'oublie pas....

8.Et toi, la professeur de mathématiques au premier degré, formée au rythme sacré de ton oncle, à l'épaule de ton  homme, dénicheur des meilleurs crus du Gigondas... je ne t'oublie pas....

9.Et toi, la professeur d'anglais qui vécus  tous les drames du monde de la perte de ton mari bien-aimé à l'incendie de ta maison, avec toute ta tendresse pour tes élèves... je ne t'oublie pas...

10.Et toi, l'invincible Astérix,  à l'humour narquois et tout l'amour de tes  trois étoiles... je ne t'oublie pas...

11.Et toi, la jeune professeur, ancienne élève, qui te retrouvas un beau matin, tout blême par la maladie juvénile de ton nouveau bébé...je ne t'oublie pas...

12.Et toi, que j'appelais, "monsieur le directeur" avec tout ton embonpoint, ta moustache à la Pagnol et tes cours de langues à tes petits élèves récalcitrants du premier degré... je ne t'oublie pas...

13.Et toi, la grande sirène de Copenhague qui auréolais nos conseils de classe d'antan... je ne t''oublie pas....

14.Et toi, la fraîche anversoise, avec tout ton accueil sur nos temps de midi dans ton "appart" de la rue de Longtain... je ne t'oublie pas....

15.Et toi, le professeur "Brusselere", incontestable combattant d'Amnesty International, le noeud papillon de Di Rupo avant toute campagne... je ne t'oublie pas....

16.Et toi, le surveillant attentif à tous les bobos de tes petits élèves dans les couloirs de mon collège... je ne t'oublie pas....

17.Et toi, le professeur de mathématiques qui faisais trembler tous tes élèves chaque matin au tableau noir de tes chiffres indéchiffrables... je ne t'oublie pas....

18.Et toi, la jeune hirondelle que je croisais dans les couloirs avec tout le style et les sourires du monde... je ne t'oublie pas...

19.Et toi, le jeune professeur d'anglais à la crinière bouclée,  trop tôt disparu de notre vie quotidienne... je ne t'oublie pas...

20.Et toi, Le pro des sciences, qui me secourus un beau matin dans l'emballement de mon rythme cardiaque... je ne t'oublie pas...



21.Et toi, le professeur agronome qui ratais toutes tes expériences et qui nous faisais renifler le souffre dans les couloirs de mon collège... je ne t'oublie pas...

22.Et toi, la surveillante, Castafiore de ton état, ancienne championne de natation, qui séparais mes élèves amourachés à mes cours de néerlandais... je ne t''oublie pas....

23.Et toi  à l'accueil qui pouvais répondre aux injonctions de 10 professeurs en même temps sans rechigner... je ne t'oublie pas...

24.Et toi, sorti des campagnes bois d'hainoises, qui t'emportais mille fois pour nous fabriquer des horaires à nos mesures... je ne t'oublie pas...

25.Et toi, qui menais nos élèves sur les chemins de Rome et d'Athènes avant de regagner ton monastère cistercien... je ne t'oublie pas...

26.Et toi, l'alpiniste imbattable, le fondateur de l'Adeps, créateur du camp des Houches, le confident de mes confidences... je ne t'oublie pas...

27.Et toi, le dernier abbé de nos murs, fils de tous les mineurs de fond de Belgique, rempart contre la nostalgie juvénile de nos peines... je ne t'oublie pas...


28.Et toi le jeune professeur d'anglais habillé chez les p'tits riens et recyclé en vadrouilleur de galeries d'art... je ne t'oublie pas...

29.Et toi, la professeur de grec, intarissable traductrice de Cicéron et de Virgile, obstinée dans tous nos combats syndicaux... je ne t'oublie pas...

30.Et toi
, le grand sioux de nos ouvriers et vagabond à tes heures de temps libres...je ne t'oublie pas...

 1.Et toi, le profeseur de dessin, fils d'un ancien ministre de la fonction publique, qui me talonnais dans mes distractions...je ne t'oublie pas...

32.Et toi, la jeune professeur, ancienne élève,  qui perdis tragiquement ta chère soeur et  mettais tout ton art dans tes potes-au-feu...je ne t'oublie pas...

33.Et toi le brave directeur de l'école primaire, qui me semas à la rue Sèvre-Lecourbe à Paris et qui m'offrais toute ton affection... je ne t'oublie pas...

34.Et toi, le professeur de français qui t'obstinais à assister aux conseils de classe en fauteuil tordu par la douleur de ton dos...je ne t'oublie pas...

35.Et toi, le professeur de gymnastique, à la rousseur de tes poils et de ton béret, infatigable cycliste par tous les temps...je ne t'oublie pas...

36.Et toi, la directrice plein de charme, les deux yeux de mon abbé...je ne vous oublie pas...

37.Et toi, le professeur d'allemand avec pour chacun de tes cours une blague pour tes élèves...je ne t'oublie pas...

38.Et toi, le gardien du CCM, ancien élève, avec toute la plénitude de ta jeunesse et de ton amitié...je ne t'oublie pas

39.Et toi, le barbu moustachu qui m' entraînas des deux folles au bois du Roeulx en passant par un cabaret au spectacle étourdissant..je ne t'oublie pas...

40.Et toi, l'abbé, professeur de philosophie avec toute la raideur de ton col romain et ta passion pour le folklore montois..je ne t'oublie pas...


41.Et toi, la professeur d'économie au visage embelli par tes tâches de rousseur et qui voyais des esprits partout autour de toi...je ne t'oublie pas...

42.Et toi, "le père Mouche", l'instituteur au grand coeur, qui adorais  vagabonder dans les ruelles et les estaminets louviérois...je ne t'oublie pas...

43.Et toi, l'abbé, professeur de latin qui réagissais au quart de tour à chaque "coin-coin" de tes potaches...je ne t'oublie pas...

44.Et toi, la directrice de l'école primaire, la femme idéalisée par nous tous pour ta beauté intérieure, ta joie de vivre et ton humaine psychologie...je ne t'oublie pas...

45.Et toi, le tout premier directeur de l'Institut hôtelier, qui fis la réputation incontestée de ton école dans tous les recoins  de l'hôtellerie de Belgique...je ne t'oublie pas...

46.Et toi, le professeur de mathématiques planant au-dessus des têtes de tes élèves à mille lieues du carré de l'hypoténuse...je ne t'oublie pas...

47.Et toi le professeur de latin qui assurais tes cours d'une main de maître avec pour seule et unique motivation les progrès de tes élèves...je ne t'oublie pas...

48.Et toi, la secrétaire de l'abbé, experte en documents administratifs, avec ta bonne humeur et ton sourire...je ne t'oublie pas...

49.Et toi, le préfet de discipline, tangué par mille demandes d'autorisations, le trousseau de clefs en guise de cent libertés...je ne t'oublie pas...

50.Et toi, le professeur de langues, qui te lanças dans le dédale des diplomaties belges à l'étranger sous l'oeil vigilant de ta petite chinoise...je ne t'oublie pas...

51.Et toi, le grand barbu de l'Institut technique, superviseur de toute facture d'entrée et de sortie, homme de terrain à l'école comme à la ville et à la province...je ne t'oublie pas...

52.Et toi, le professeur de mathématiques Carolo au visage cramoisi de ton vin rouge...je ne t'oublie pas...

53.Et toi, le surveillant de jadis recyclé en assureur intrépide...je ne t'oublie pas

54.Et toi, mon ami, l'ingénieur commercial, le professeur d'anglais à l'accent incertain assis sous un double coussin pour atteindre les pédales de ta Renault...je ne t'oublie pas...

55.Et toi, l'oenologue qui m'entraînas dans des libations des meilleurs  vins français avec la succulence de ton accent marollien...je ne t'oublie pas...

56.Et toi, l'institutrice que je croisais tous les matins en cour de récréation, avec tout l'amour de ton métier...je ne t'oublie pas...

57.Et toi, la professeur d'Allemand, et la richesse de ta timidité  qui t'amourachas de mon ami...je ne t'oublie pas...

58.Et toi, l'abbé, professeur de français dans les sections économiques à "la quille qui glisse" en larmes sur un poème d'Arthur avec tes dixièmes points coupés en quatre...je ne t'oublie pas...

59.Et toi, l'instituteur qui dégustais l'absinthe de ton armoire, par petites touches, derrière le dos de tes mioches et qui poursuivis l'abbé un couteau à la main...je ne t'oublie pas...

60.Et toi, le sous-directeur roedien au sens social affiné, à la psychologie du maître...je ne t'oublie pas...



61.Et toi, le professeur de technique, avec la fierté légitime pour ta fille à l'Ecole royale militaire de Bruxelles, je ne t'oublie pas...

62.Et toi, la professeur de néerlandais du premier degré, au visage éclairci par les traits éclatants de ton maquillage…je ne t'oublie pas…

63.Et toi,  le professeur d'économie qui te baignas très tôt dans le monde de  l'entreprise…je ne t'oublie pas…

64.Et toi,  le professeur de gymnastique, fédérateur de nos amitiés qui menais inlassablement nos élèves sur le chemin du bassin de natation…je ne t'oublie pas…

65.Et toi, le professeur d'anglais, diplômé d'Oxford, qui assombris ta vue pour ton métier…je ne t'oublie pas…

66.Et toi,  le gentil garçon, professeur de français, le sourire en coin à la moindre cabriole…je ne t'oublie pas…

67.Et toi,  la jeune professeur de néerlandais, qui faisais partie de nos équipées chez l'anversoise de la rue de Longtain, en passant par des statues qui te tombèrent "dessus" pendant ton sommeil à Bruxelles…je ne t'oublie pas…

68.Et toi, Le professeur de gymnastique que je vis pleurer comme un gamin en cour de récréation…je ne t'oublie pas…


69.Et toi, le professeur de mathématiques, syndicaliste, qui t'épris d'une des beautés du pays des Tsars…je ne t'oublie pas…

70.Et toi, l'entrepreneur qui fracassas à coups de masse les anciens murs de ma demeure et  que je dus conduire en urgence à l'hôpital de Jolimont…je ne t'oublie pas…

71.Et toi, l'imprévisible successeur de l'abbé, pétri à la farine de l'idéal et de l'honnêteté, avec de plein fouet tous les débordements de nos grandes grèves …je ne vous oublie pas…

72.Et toi, le professeur de mathématiques qui usais tes genoux sur la grande rafale de marches de mon collège…je ne t'oublie pas…

73.Et toi, le surveillant-éducateur qui t'égosillais chaque matin en prenant les présences de nos élèves..je ne t'oublie pas…

74.Et toi,  l'ancien élève, professeur qui élus domicile chez nos voisins français…je ne t'oublie pas…

75.Et toi, le secrétaire de mon barbu qui devins tout aussi expert en administration que ma belle, avec tout ton attachement…je ne t'oublie pas…

76.Et toi, le professeur de mathématiques qui surfais fréquemment et me rejoignais sur la grande toile du net…je ne t'oublie pas…

77.Et toi, le vieux professeur de toutes les branches, né avec le siècle dernier qui terminas ta course comme brancardier à l'Hôpital Saint-Luc de Bruxelles…je ne t'oublie pas…


78.Et toi, le grand financier gargantuesque de nos murs, narquois et ripailleur avec ta gouaille indéfinissable…je ne t'oublie pas…

79.Et toi, le professeur de salle, assessois de naissance,  avec toute la grâce de tes mouvements et toute ton amitié…je ne t'oublie pas…

 80.Et toi, le directeur du premier degré, ancien élève,  grand travailleur au service de la réputation de mon collège…je ne t'oublie pas…

81.Et toi, que j'appelais « mon ami Jeannot lapin » avec toute ta sagesse et ta mansuétude pour tes élèves à nos conseils de classe…je ne t'oublie pas…

82.Et toi, l'instituteur de sixième, tambourineur sur les pavés de Binche, que je croisais souvent sur un quai de gare, avec toute la fierté paternelle pour ton fils unique…je ne t'oublie pas…

83.Et toi, le professeur de sciences qui fis de ta fille l'experte en chimie à la polytechnique de Mons…je ne t'oublie pas…

84.Et toi, la compagne de nos virées du 30 juin, grande fumeuse après Serge, avec tous les tourments pour ton cher fils…je ne t'oublie pas…

85.Et toi, le professeur d'anglais, qui faisais partie du trio que l'abbé appelait « les Bruxellois » avec ton obsession instinctive de la défense de mes collègues…je ne t'oublie pas…

86.Et toi, évadé de l'Institut technique  et de ta belle province pour  venir nourrir les nouveaux arrivants de tes connaissances en matière d'options dans le bureau fétiche de mes souvenirs…je ne t'oublie pas…

 



23/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres