www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Félix Tchisekedi, l'avenir du CONGO

000_Par7350130_0.jpgimages (1).jpg

J'ai bien connu le Congo-Kinshasa des années 69-72 où j'étais dans la coopération belge. Quel magnifique pays...c'était!

 

Kin la belle était une ville d'à peine un million de personnes...

Kinshasa en 2017, c'est 1/3 de la Belgique avec 17 millions d'âmes!

 

4414949_3_5a87_carte-de-kinshasa_0418cba738c421d52d3a2c17d3659eae.png
 

 

J'avais 22 ans avec tous mes rêves et j'ai passé dans ce pays d'Afrique, 3 années de belle jeunesse, insouciante, le premier contact avec "la civilisation noire"... qui ne me quitta jamais. Après près de 50 ans, je parle encore couramment le lingala...

 

De la petite école en pleine brousse, je poursuivis mon enseignement de l'anglais dans un grand collège pour finir à Lovanium.(Mon inspecteur était grec et n'avait aucune connaissance de l'anglais)

 

Ce qui me marqua d'emblée fut l'amour des congolais pour les petits belges, là-bas, la colonisation n'eut pas que des excès, beaucoup de colons eurent une action très bénéfique sur le développement des autochtones : écoles - hôpitaux - infrastructures - agriculture...ce qui ne fut pas le cas des colonies françaises!!

 

La construction du chemin de fer de Kin à Matadi nécessita un décès par traverse... (500 km de voie ferrée en pleine jungle)

 

J'ai visité Boma, une ville magnifique en gradins, baignée par le fleuve Congo, que dire d'une de mes expéditions à Moanda sur la côte atlantique, le paradis... des chemins de brousse réparés pour faire passer notre voiture, des jeux de poker infinis à la mission des pères blancs... J'ai passé le réveillon 70/71 à Bandundu chez  mes amis de mon village natal, Jacques et Aline... En fait, nous étions 3 jeunes garçons de notre village à avoir choisi cette destination au début de nos jeunesses...(Jean, Jacques et Guy)

 

"les souvenirs se ramassent à la pelle"...

 

cathédrale-Notre-Dame-du-Congo.jpg

 

A Kinshasa, la cinéma "Albertum" et à la sortie, les brochettes trempées dans le pili pili... les dancings "la Perruche bleue" le "Show-boat" avec les premières belles congolaises, les soirées dans les clubs en terre battue de Limete sur une musique de Gainsbourg "Je t'aime, moi non plus"...

 

Je me souviens avoir suivi un meeting politique de Joseph-Désiré Mobutu au stade "Tata Raphaël", (je créchais au "building St-Raphaël" à Limete)

Mobutu à l'époque, un excellent tribun, tout l'art de galvaniser son peuple: "Au travail, retroussons les manches!" 

Je me souviens de l'arrivée triomphale du roi Baudoin - accueilli à N'Gilli par Mobutu le 30 juin 1970, (tous deux nés en 1930) de la réception des belges à l'Ambassade de Belgique, à cette époque, les relations belgo-congolaises étaient au beau fixe.

Cela se gâta dans les années 80-90 lorsque Mobutu s'enflamma de sa gloire et de sa propre sacralisation avec la bénédiction de l'Eglise catholique d'alors.

Après, ce furent "la zaïrinisation", l' "abacos", le changement des prénoms catholiques, la rupture avec la royauté belge... par un certain "rapprochement français"... Ce n'est pas pour rien que LA FRANCE protège Fayulu et qu'elle conteste la régularité des élections congolaises,  elle est par ce fait en flagrant délit d'ingérence dans une colonie qu'elle ne géra pas!

 

De Belgique, j'ai bien suivi les luttes d'Etienne Tshisekedi, sa détermination. Le mobutisme aboutit à l'autoritarisme et à la dictature.

 

La suite est un long chemin de tragédies, d'appauvrissement du peuple congolais, la maladie de Mobutu, les négociations de Paris avec Kabila père qui prit le pouvoir et ne parvint pas à rétablir la démocratie, la suite fut moins belle avec son fils à la tête d'un état géant (4 x la France- 80 x la Belgique. Kabila-fils qui ne parlait pas le lingala, la langue usuelle de kin régna en despote absolu et profita de la désertion des belges pour piller cet immense pays avec la complicité des puissances étrangères.

Etienne Tshisekedi ne se découragea jamais dans son combat jusqu'à sa mort le 1er février 2017 à Bruxelles.( sa famille refusera toute légitimité à Kabila)

 

1965 : Tshisekedi est nommé "Ministre des Affaires coutumières" par Mobutu...

1967  : Mobutu crée le "Mouvement de la Révolution" et le parti unique

(je me souviens des Jmpr en 69 (parti des jeunes "embrigadés" par le Mouvement de la Révolution)

1982 : Tshisekedi est emprisonné et fonde l'UDPS

1991 : le 29 septembre, nommé premier ministre et démis par Mobutu le 5 février 1993...

2011 : Après le décès de Kabila père, le fils s'empare du pouvoir dans des élections dites "démocratiques")

 

Félix Tshisekedi naît le 03 juin 1963...

 

Le 10 janvier 2019,

Félix Tshisekedi

accède

à la tête de la République du Congo...

 

un an après la mort de son père, 21 ans après la mort de Mobutu...

 

Pour la première fois dans l'histoire de ce pays,

on assiste à une alternance par les urnes... 

Félix Tshisekedi accomplit le rêve de son père, la tâche est immense... le Congo, ce beau pays des belges devenu le pays le plus pauvre du monde... 



10/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres