www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Homosexualité et monde musulman (réponse à Pape Samb, journaliste) (1)

Mon très cher Pape,
J'ai été surpris de ta réponse à laquelle je ne m'attendais pas. Il n'y a rien de plus beau, de plus humain que les rencontres entre les fois des hommes.
Tu es un grand Musulman  et je suis un petit catholique et nous nous retrouvons dans l'amour des hommes, dans l'amour de Dieu et d'Allah!
Tu es Noir et je suis Blanc... et pourtant je te rejoins, nous sommes frères de SANG, du sang des hommes de bonne volonté.
Je ne crois pas dans les races, seule existe la RACE HUMAINE...
La FOI des hommes ne doit jamais enfreindre leurs contingences humaines, elle appartient à leur conscience individuelle. Que suis-je devant mon Créateur?
JE DOIS AIDER TOUS LES HOMMES, même ceux qui ne partagent pas la même foi que moi, cela s'appelle l'HUMANISME
Quand nous mourrons, Allah le tout-puissant n'aura qu'une seule question: "As-tu aidé les hommes, qui sont TOUS tes frères?"
Juste un petit mot sur la tolérance, "Je te tolère" elle suppose que l'on limite la liberté de l'autre. Les hommes doivent être INTOLERANTS avec l'intolérance!
Il faut bien se garder de toujours respecter la foi des autres.
Enfin, je suis en désaccord parfait avec la loi du talion, la charia musulmane, l'homme n'a pas le droit d'enlever la Vie, donc je suis un adversaire ABSOLU de la peine de mort. 
"On ne tue pas un homme pour lui apprendre à vivre"
Je te souhaite une bonne lecture de mon écrit (Tout peut être contesté à la lumière de l'objectivité)
Monsieur le journaliste,
 
Dans le dernier paragraphe de cette même colonne, vous écrivez :
« La communauté des homosexuels se déploie dans le pays en organisant ses lupanars et ses orgies, au vu et au su de tout le monde, mais à chaque fois que la Police les arrête sur les faits, ...ils sont aussitôt libérés... »
 
Monsieur le journaliste,
 
Votre république n'est ni une république musulmane, ni une république islamiste, c'est une république laïque, bien que je partage la position de Monsieur Malick Diagne, paru dans son article intitulé « la laïcité au Sénégal, un principe républicain, confluent entre le politique et le religieux » paru dans l'édition du WalfQuotidien de ce 17 mai.
Dans votre pays comme dans tout pays il existe des communautés religieuses, il n'y a pas de communauté homosexuelle !
Dès qu'on aborde la question des couples homosexuels, il est toujours question de fornication, de jouissance sexuelle dite « contre-nature » négligeant la sentimentalité entre deux personnes de même sexe.
 
Monsieur le journaliste,
 
Dans « la communauté homosexuelle" qui est un concept faux puisque qu'aucune relation n'existe entre 6 groupes bien distincts :
 
  • Les "goorjigeen » qui ne sont pas homosexuels mais efféminés.
  • Des hommes et des femmes qui se sentent étrangers dans leur corps et qui nourrissent de la sentimentalité, sinon de l'amour pour une personne de même sexe qui partage leur vie affective.
  • L'homosexualité est souvent improprement confondue avec la bisexualité : Il s'agit alors d'occultation de la bisexualité— lorsque l'on présuppose qu'une personne ayant des relations amoureuses ou sentimentales avec une personne de même sexe est nécessairement homosexuelle, par exemple. La bisexualité est statistiquement bien plus fréquente que l'homosexualité.
  • Des homosexuels qui pratiquent la prostitution de leur corps, il y a parmi ceux-ci des hétérosexuels homosexuels, vous me suivez toujours ? Hétérosexuels dans leur nature propre et homosexuels par nécessité financière.

 

  • Des homosexuels qui vivent une relation de couple dans la sentimentalité mais qui sont en même temps penchés à l'infidélité. Votre erreur est d'enfermer tous les homosexuels dans le même enfer. Il y a bien dans toutes les régions du monde des hommes qui aiment des hommes et des femmes qui aiment des femmes. Il n'y a dans ces relations pas de « contre nature. » Vous devez sortir du monde religieux pour embrasser le monde civil des contingences humaines. 
Votre confusion réside dans l'assimilation de ces 6 groupes totalement différents et, dans leur sentimentalité, et, dans leur sexualité.
Je ne fais nullement l'apologie de l'homosexualité ni de l'islamophobie que je combat. Mais ce qui regarde la sphère privée des hommes n'appartient ni à l'Etat, ni à la doctrine religieuse quelle qu'elle soit.
Vous êtes un beau pays fait de belles personnes, avec toute la pudeur de leur sentimentalité, ce que je réprouve dans ma vieille Europe.
 
La mise au point de 2013 du Gouvernement sénégalais sur l'homosexualité a bien affirmé devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies l'absence dans son arsenal législatif d'un texte incriminant l'homosexualité. L'article 319 du code pénal sanctionne le actes « contre-nature » commis publiquement, ce qui est aussi punissable en Europe.
Par contre, la pénalisation de « personnes présumées homosexuelles » au Sénégal constitue une violation d'un ensemble d'obligations internationales ratifiées par votre Etat. Parmi celles-ci figurent le Pacte International relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) ratifié en 1978, la Chartre africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHDP) ratifiée en 1982. Ces deux instruments juridiques internationaux sont contraignants parce qu'ils obligent l'Etat sénégalais à protéger et à promouvoir les droits fondamentaux des individus quels que soient le genre et l'orientation sexuelle.
 
Permettez-moi quelques chiffres
 
Sur 324 pays dans le monde, 72 d'entre eux rechignent toujours à réglementer l'homosexualité, à la réprimer de féroce manière...
A ce jour, 13 pays dans le monde punissent les homosexuels  de la peine de mort...
 (Brunei-Afghanistan-Arabie Saoudite-Maurétanie-Iran-Qatar-Yémen-Nigéria-Irak-Soudan-Soudan du sud-Somalie-)
Sur ces 13 pays, 7 sont musulmans.
Dans 36 Etats africains, l'homosexualité est toujours considérée comme un crime.
Sur 54 pays africains, 38 pénalisent l'homosexualité...
 
Les pays « les plus évolués » sur le respect des humains resplendissent de la liberté de vivre la sexualité dans la discrétion et la conscience de leur foi et des principes universels qui font de l'homme le maître de lui-même.
Une parenthèse sur le mariage gay
Les Etats européens et la Belgique dont je fais partie ont légalisé le mariage gay...ce faisant, je suis bien d'accord pour affirmer que la loi a porté une discrimination entre le mariage entre gays et lesbiennes puisque les homosexuels gays doivent avoir recourt à l'adoption d'enfants alors que les homosexuelles lesbiennes peuvent recourir à l'insémination artificielle ou aux mères porteuses.(la gestation pour autrui)
Par ailleurs, ces mêmes Etats ont institué le principe de la cohabitation légale entre deux personnes, quel que soit leur sexe, ce qui équivaut au mariage avec toutes ses conséquences successorales. D'autre part, toutes les enquêtes du monde révèlent que les enfants issus de couples homosexuels deviennent hétérosexuels...
Enfin et pour terminer mon propos, je vous entretiendrais - si vous me lisez toujours- de ma positon personnelle sur l'homosexualité moderne.
« Les tendances homosexuelles et bisexuelles ne sont ni une tare, ni un handicap qui diminuent la valeur humaine.
Il ne s'agit pas d'une malformation congénitale. Il y a pas mal d'homosexuels qui ont une tout aussi grande valeur humaine que des hétérosexuels. La situation psycho-affective qui consiste à avoir des tendances homosexuelles n'est jamais le résultat d'un choix.
 
La référence « contre nature » est profondément discutable
 
Les homosexuels demandent à pouvoir vivre à visage découvert, ceci est une demande parfaitement légitime, entre le camouflage et l'exhibition, il y a une place pour une sereine vérité.
Sur le plan moral, le fait d'avoir des tendances homosexuelles n'est ni une faute, ni un péché, ni un vice, c'est un FAIT psychologique.
Le sujet qui a de telles tendances n'a pas choisi de les avoir, le déclenchement d'une passion n'est jamais volontaire, il est subi. Le désir qui surgit, comme un ouragan n'est pas un acte moral. En quoi le fait d'aimer quelqu'un serait-il mauvais ?
La notion de nature est pour la pensée moderne éminemment discutable, elle tient de la très vieille orthodoxie occidentale : « tout ce qui amène le sperme ailleurs que dans un vagin fécondant... le sperme est une liqueur sacrée qui contient l'enfant »
 
1° Cette théorie réduit l'acte sexuel à son aspect exclusivement biologique dans une conception pré-scientifique.
 
2° Elle est une conception matérialiste du XVIIIème siècle où Jean Jacques Rousseau illustrait faussement la Nature comme quasi divinisée.
De nombreux théologiens chrétiens ont faussement présenté cette Nature comme la manifestation de la « volonté » divine.
 
3° Les acquisitions de l'anthropologie moderne tendent à dégager une tout autre référence de valeur : ce qui apparaît positif et « valable » normalement est tout ce qui participe à une meilleure humanisation.
Pour ce qui est de la sexualité, il n'est pas besoin de réfléchir longtemps pour remarquer que dans l'espèce humaine, la pulsion sexuelle génitale n'est que fort peu conditionnée par le déclenchement du rythme de la fécondité.
 
Le critère de valeur dans le sens d'une meilleure humanisation, donc comme critère moral, c'est la capacité à une relation intersubjective dans laquelle les deux sujets élaborent et trouvent réciproquement dans leur relation une reconnaissance de soi et de l'autre comme « sujets »
Dans une relation intersubjective réussie, la vraie référence morale n'est pas la Nature, mais l'amour.
Le plaisir sexuel doit être le lieu de cet amour qui est le sens premier de l'érotisme qui n'a rien à voir avec les déchéances modernes de la pornographie et de la prostitution masculine et féminine où l'un des partenaires est situé comme « objet ».
N'est-ce pas un péché que l'attitude de cet homme marié qui impose à sa femme un coït que ce jour là, elle ne souhaite pas ? Qui ne se préoccupe nullement de sa crainte d'une nouvelle grossesse... et cet autre qui épouse une femme par convention sociale ou économique, qui se sert d'elle pour avoir des enfants et qui vole de maîtresse en maîtresse pour son plaisir? Quelles considérations ont-ils pour leur(s) femme(s) en tant que sujet(s)?
 
La vraie morale est celle du coeur.
Par la foi musulmane et chrétienne qui sont toutes deux des religions de l'amour, les hétérosexuels savent qu'ils marchent à travers le temps,
par l'expérience ambivalente de leur radicale insuffisance,
les homosexuels savent qu'ils participent à cette même marche
et qu'ils n'en sont pas séparés.
 
Vous voyez que vous et moi, nous sommes encore à des années-lumières de la complexité de l'être humain. Et vous voyez qu'aussi bien la croyance musulmane que la croyance chrétienne doivent s'humaniser, c'est à dire avoir pour objet l'amour de Dieu qui ne se passe jamais de l'amour des hommes.
 
C'est par l'amour des hommes
qu'on entre dans le royaume d'Allah.
 
L'interdiction religieuse et morale contient en elle-même les germes de la jouissance de sa profanation.
C'est au contraire dans l'éducation des jeunes générations qu'il faut inculquer la richesse de la fidélité affective et sentimentale sinon, nous en revenons aux premières lignes de mon propos, sans humanisation, nous retomberons, vous comme moi, dans le terrorisme aveugle des fous de Dieu.
 
 
Rejoindre l'Eternel 
« Je m'égare dans mes passions,
élevé par deux anges,
Je suis pris de convulsions étranges.
Au diable vos querelles, pauvres mortels,
Je m'en vais rejoindre l'Eternel.
Souffle de vie, je caresse le ciel
Prends moi dans tes bras, miséricorde d'Allah
Prends moi dans tes bras, frère d'Orient,
d'Occident ou d'au-delà » (Mohamed El Bachiri)
 
(Belge d'origine marocaine, Mohamed El Bachiri est musulman et vit à Molenbeek.
Loubna Lafquiri son épouse et mère de ses trois enfants, est décédée le 22 mars 2016 dans l'attentat du métro de Bruxelles. Depuis ce jour, il n'a cessé de transformer son chagrin en message  de paix et de tolérance. A travers son amour pour Loubna, Mohamed exprime sa vision moderne de l'islam. 
Mohamed était conducteur de métro...)
 
Mon très cher Pape,
 
« Et vous voyez ce que je vous écris, c'est presque rien, c'est comme du verre, rien que du ciel ordinaire, des bleus comme on en voit partout, mais j'y ai mis tout mon savoir-faire, c'est comme un rêve, comme un jeu, des pensées prises dans des perles d'eau claire, je vous envoie des chats posés sur vos genoux, des murs couverts de fleurs que vous préférez et de la lumière surtout, vous voyez, c'est presque rien, c'est tellement peu, c'est comme du verre, c'est à peine mieux » (Francis Cabrel)
 
Je vous dis la certitude de mon affection, Inch Allah
 
Guy Wilmotte, maniemo@live.be
 

 



22/08/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres