Ici les hommes vivent avec Dieu, là-bas ils l'ont oublié ... - Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Ici les hommes vivent avec Dieu, là-bas ils l'ont oublié ...

 

photo-d-illustration-mort-enterrement-obseques-deces_5930538.jpg

 

Ce qui frappe le plus l'occidental que je suis- vivant au sein de plusieurs communautés noires, me frottant quotidiennement à la réalité des africains est d'abord et avant tout le rythme de leur vie basée sur Dieu, qu'ils soient  de confession catholique ou musulmane, ici tout le monde rattache sa vie à un créateur de l'univers.

 

Ici, ceux qui vivent encore dans des conditions de vie précaires sont toujours aidés par les mieux lotis, l'africain a toujours le sourire, il ne se plaint jamais car chaque jour que Dieu fait est fait pour lui.

La foi et la pratique religieuse des catholiques et des musulmans est profonde, chaque communauté vit dans le respect de l'autre.

Les fêtes des 2 grandes religions sont fériées et célébrées simultanément par les deux communautés. La mort ici fait encore partie de la Vie!

 

Ici, la mort dans les deux confessions est un retour au Créateur.

 

Que devient la mort dans nos sociétés occidentales?

 

Des millénaires durant, les hommes vécurent dans sa familiarité, elle côtoyait leurs vies.

Dans les dernières décennies, nos sociétés occidentales ont rompu de vivre avec cette familiarité. La mort  chez nous est devenue étrangère, paraissant presque impossible. Nous cachons la mort à nos enfants. Nous les élevons comme si elle n'existait pas. Nous les laissons vivre et grandir comme s'ils étaient immortels. Les hommes cachent les défunts comme s'ils en avaient honte.

 

On ne rencontre plus la mort au coin de la rue mais dans les morgues des hôpitaux ou des funérariums.

 

L'incinération jouit d'une faveur grandissante. On est passé des restes charnels à la cendre. Inhumation: il reste quelque chose, Incinération: rien. La décomposition est le retour de l'homme à la terre. "Nous sommes de la poussière d'étoiles" (Hubert Reeves)

La cendre est le contraire de la poussière, elle est le symbole du néant, la crémation est le symbole de l'égoïsme, l'homme refuse que son corps puisse continuer d'être sans lui. La personne incinérée n'est même plus restes, elle est réduite à la cendre, elle n'existe plus que dans la mémoire de vivants, elle n'est plus qu'une idée.

 

Il est une tradition occidentale qui orne les tombes des défunts de chrysanthèmes à la fête de la Toussaint.

 

la-toussaint-mums-e1414488408789.jpg25 DSCI0028.JPG

J'aime me promener dans les allées de mon cimetière natal, où j'y "rencontre" ses anciens habitants. ils sont tous là gisant dans leur chair en décomposition. J'entends encore leurs voix. Je me remémore leurs visages. Sur les petites pelouses des incinérés, il n'y a plus rien, pas le moindre souvenir, les vents les ont emportés, ils les ont supprimés de la mémoire des vivants.

Les cimetières avaient été faits pour retenir les hommes dans l'humanité, pour perpétuer leur souvenir et les rendre immortels. "Les vivants sont de plus en plus gouvernés par les morts" (Auguste Conte)

 

Ici en Afrique, chacun renonce à se séparer définitivement de ses morts.

Là bas on efface du monde les traces des morts,définitivement...

Les hommes "nouveaux" veulent s'épanouir dans un monde sans cadavre ni cimetière, ni Dieu.

 

 cimetiere-coquillage.jpgCimetière-musulman.png03.jpgmaxresdefault (3).jpg


 

 

 

 



08/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion