www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

L'Afrique, c'est un papillon blanc qui folâtre sur mes paupières noires (merci de cliquer sur ce titre)

https://www.youtube.com/watch?v=80sj4Qj0Cw0&fbclid=IwAR2fV41eoPLKIqbf0vIGPxVI3v2TI7AL6ygyW87hllgARXKv4ywIU2WioZI

 

 

 

 

 Et s'il n'y avait qu'un seul mot pour décrire l'Afrique... je choisirais le mot « DANSE »....
Oui, l'Afrique est une danse, une musique, un son, un rythme, un piano, un saxo, un tam tam, une kora, une voix, la voix des hommes et des femmes qui souffrent et ne se lamentent jamais.
L'Afrique est une respiration, un souffle, un chuchotement, une musique...

JAMAIS, je n'ai pu ressentir cette sensation dans mon Europe vieillie, rabougrie et coincée de toutes parts dans son individualisme qui la détruira

L'Afrique, c'est un AVENIR, celui d'un monde meilleur où les hommes fraternisent, où les hommes oublient le temps qui passe, où les hommes ne sont pas des identités propres mais font partie du même corps, de la même foi, des mêmes contingences, des mêmes rêves et des mêmes espoirs dans un monde qui embellit l'homme et ne le sépare jamais de ses frères de sang....

Et s'il y avait un deuxième mot, je choisirais le mot « amour » : l'amour de soi, l'amour des autres, l'amour de la VIE, l'amour de dieu, l'amour du monde...

L'Afrique est une respiration : le souffle de la vie des hommes....

J'ai été captivé par la beauté de sa nature vierge comme si j'étais au début du monde... l'amour naissant... de cet univers, « cette machine à faire des dieux » L'Afrique, c'est la voix des sages...

L'Afrique m'a marqué au fer chaud de ses sentiments profonds, elle est en moi, je ne peux plus m'en défaire...
et je respire à travers tous les pores de sa peau !

 

 

Je parle du Sénégal, dans encore trop de pays d'Afrique, trop de dictateurs s'accrochent désespérément à leur pouvoir en appauvrissant leurs peuples. Il y eu Mandela...Il y eu le grand Sadat...Il y a Paul Kagamé...et il y Macky Sall. Depuis Senghor, le Sénégal n'a connu que des transitions douces. Les sénégalais nourrissent d'abord leur fraternité interethnique et religieuse.Là-bas, personne n'est laissé de côté, il y a toujours la grande famille, au Sénégal la famille nucléaire n'existe pas...Là-bas la famille peut rassembler des centaines de personnes...N'importe où vous vous trouvez, si quelqu'un mange, il vous invite toujours à sa table (on mange dans le même plat) Le climat fait que l'on vit dehors, la case n'existe que pour s'y reposer, le confort est vain. Là-bas même si l'on n'a rien, on partage le rien...Les liens entre les hommes ne se limitent pas aux liens de sang.ON fait partie DU MEME CORPS...de la même peau. le Sénégal est le pays de la teranga (l'accueil -l'hospitalité) on y vit toujours au rythme de la danse et de la musique.J'y ai appris la langue wolof pour faciliter mon intégration que les sénégalais admirent et on devient noir comme eux, on est jeté dans leur grande famille, on vit la richesse de leur pauvreté qui est très riche du souci de tous les autres, quels qu'ils soient, on devient le frère de tous. J'ai beaucoup apprécié leur inter-religiosité , là bas il n'y a aucun signe extérieur de foi, croire en une force supérieure, c'est admettre la finitude de l'homme que nous avons délaissée... pour la recherche vaine de l'ARGENT, l'homme sénégalais n'est pas fait de projets, il vit l'instant présent, le lendemain n'est fait que d'illusoires rêves.Là-bas, l'argent n'est pas un bien personnel mais un bien collectif qui doit servir à aider les autres.Oui, malgré la joie de retrouver les "miens", la nostalgie du Sénégal me poursuivra toujours... c'est une grande déchirure, je ne sais et je crains de devoir à nouveau abreuver mon bonheur dans ce pays de mes rêves...



23/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres