L'individualisme des sociétés occidentales assassine le bonheur des hommes

Dans nos sociétés occidentales, l’individualisme marque fortement le rapport à l’autre; on semble avoir évincé le besoin naturel d’échange et de partage. Là où en Afrique, la solidarité familiale intergénérationnelle et les solidarités de voisinage sont les fondements de la vie sociale, chez nous, à celle-ci s’est progressivement substituée une solidarité collective et institutionnelle ne pouvant répondre à tous les besoins.

 

5_qexlk[1].jpg

 

« L’individualisme est un sentiment réfléchi et paisible qui prédispose chaque citoyen à s’isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l’écart avec sa famille et ses amis ; de telle sorte que, après s’être ainsi créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même ».

 

Concrètement, l’homme était jadis inséré dans le temps des saisons. Le rythme du temps était scandé par les cloches de l’église ou du couvent à l’époque des travaux des champs, par celles des beffrois au temps du négoce et des marchands, puis celles des horloges pointeuses au temps des usines. Le temps des individus était rythmé selon les obligations de la vie sociale : travail, vie religieuse, etc. 

 

images[4].jpg

 

Aujourd’hui, l’individu hypermoderne veut dominer le temps, le maîtriser. Cette volonté a un soubassement économique : il s’agit de gagner à tout prix du temps, d’agir en « temps réel » dans un monde pris dans une course effrénée pour le gain, y compris de temps.

 

En Afrique, la solidarité est un fait évident, historique, voire légendaire. En effet, les organisations de solidarité y ont toujours fonctionné comme institution visant au moins le maintien des conditions de vie des gens et l'assistance sociale, particulièrement au milieu rural ou dans les sociétés coutumières. L'Afrique connaît donc, depuis ses origines, l'importance et la pratique des actions de coopération qualifiée le plus souvent de "solidarité traditionnelle". Qu'il s'agisse de produire, de consommer ou de tout autre activité.

 transfertargent[1].jpg

Les africains se sont toujours associés  dans des organisations plus ou moins spontanées de solidarité ou de coopération regroupant des gens qui mettent ensemble leurs efforts et leurs moyens pour faire face aux difficultés auxquelles ils étaient et sont confrontés.

 

Les traditions africaines tiennent compte de l'importance  des relations sociales au niveau  ethnique, au niveau du village et de la communauté.... Autrement dit, il existe dans celles-ci , au plan social, économique et culturel, un fond de coopération d'épargne de crédit, de production, de consommation, fond dans lequel les individus s'associent pour promouvoir leurs entreprises et leurs intérêts individuels et collectifs.

 images113C03B0.jpg

Une des caractéristiques essentielles des sociétés Africaines est, dans toutes les activités, l'accent qu'elles mettent sur la sécurité de la survie individuelle et collective sans se préoccuper de l'accumulation du capital selon le modèle des sociétés capitalistes marchandes d'occident.

 

 



23/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion