Le jour se lève

En Afrique, les levers du jour sont d'une beauté éblouissante même s'ils ne durent que quelques minutes.

Il fait nuit, soudain des ténèbres émerge le Soleil. On aperçoit tout d'un coup une boule de feu si proche qu'on prend peur. La vue du soleil agit comme un coup de feu donnant le signal de départ : aussitôt la ville se met en mouvement comme si pendant la nuit les gens étaient restés à l'affût et que maintenant, à l'appel du soleil, s'ils démarraient en trombe sans la moindre préparation.

Caché dans l'obscurité évanouissante, le muezzin invite les fidèles à la prière matinale

 

20040304200658_36.jpg

 

D'emblée les rues sont bondées, les magasins ouverts remontent leurs volets mécaniques en acier tressé avec fracas.

L'architecture est monotone, la plupart des maisons sont des appartement communautaires souvent de plein pied entourés d'une grande cour et du manguier familial. Chaque bâtiment peut compter jusqu'à plus de 10 pièces pour 10 familles. la cuisine, la buanderie et les toilettes sont la plupart du temps communes, la promiscuité est inévitable car les familles sont nombreuses.

Chaque maison est un véritable jardin d'enfants.

 

En Afrique, on attache une importance tout particulière aux salutations matinales. L'essentiel, c'est de manifester dès le début, une joie et une cordialité spontanées. Dans la poignée de mains, chargées d'une énormes énergie, les deux mains se rencontrent, , se heurtent avec fougue, elles réduisent ou annulent les forces contraires. Au moment où les mains levées vont se rencontrer, les rires mutuels traduisent le bonheur de la rencontre.

Suis alors une longue liste de questions et réponses : "comment vas-tu," "Comment te portes-tu?, "comment va ta famille?", est-c que tout le monde se porte bien?, "et le grand-père?", "et la tata?", la coutume veut que chaque réponse heureuse soit confirmée par un éclat de rire réciproque.

 

Le café du matin est  ici un rite ancestral par lequel les musulmans commencent la journée en même temps que la prière. la petite clochette du vendeur de café les réveillent et sortent de leur maison pour accueillir le jeune homme qui distribue un café , tout frais, aromatique et corsé : "le café touba". C'est l'occasion d'échanger des salutations et des compliments, le moment de s'assurer mutuellement que la nuit s'est bien passée.

 

 téléchargement.jpgdepositphotos_21472205-stock-photo-street-vendors-in-africa.jpgP1320687.JPG


L'animation monte d'heure en heure. Ici, la vie se passe dehors. Les rues sont des chaussées de sable sans trottoirs. Tout bouge en même temps: piétons, autos, vélos, charrettes à bras, zébus, moutons, chèvres.

 

P1320771.JPGimages.jpg

 

La rue est la vie sociale de l'Africain: les femmes discutent entre elles, crient, gesticulent, rient, debout au-dessus de leur marmite, elles occupent un poste d'observation formidable, elles peuvent voir leurs voisins, les passants, la rue tout entière, prêter l'oreille aux potins et querelles, suivre ce qui se passe. Toute la journée, l'individu est parmi les siens, en mouvement, à l'air libre.



24/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion