www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Le serial killer de l'Afrique

Dakar, 23 mars 2019...

 

"Les moustiques dictent leur loi" (extrait)

 

Depuis des mois, les habitants de plusieurs quartiers de Dakar vivent un véritable calvaire.

Elles avaient l'habitude de se plaindre en saison des pluies. Ce qui peut être normal d'autant que c'est un moment propice à la prolifération des larves à cause des eaux stagnantes. Mais cette fois-ci, c'est en pleine saison sèche où l'air frisquet souffle sur la capitale que ces bestioles sont entrain de dicter leur loi dans la capitale dakaroise.

 

Dans beaucoup de quartiers de la capitale, les habitants ne dorment plus du sommeil du juste...

 

"Nous ne dormons plus la nuit. Toute la maison est envahie par des moustiques. Au début, je pensais que c'était à cause de pots de fleurs que j'avais mis sur les couloirs. Alors, je les ai jetés à la poubelle mais rien n'y fit. A 17 heures, je baisse les rideaux et ferme toutes les fenêtres et les portes, je pulvérise un insecticide dans tous les coins et recoins de l'appartement.

La nuit tombée, les moustiques sont là, comme si de rien n'était..."

 

"Les moustiques sont nos voisins de tous les jours. Nous vivons avec ces insectes au quotidien. En saison des pluies, les autorités font des opérations de désinsectisation et de curage des caniveaux mais c'est comme si elles dopaient les moustiques. Après les pluies, ils reviennent plus nombreux et plus féroces... A la tombée de la nuit nous faisons face à d'énormes difficulté pour fermer l'oeil. Les moustiques envahissent nos salons et nos chambres à coucher. Mes enfants ne dorment plus. Mon bébé pleure toute la nuit, il a des tâches rouges et des boutons partout sur le corps à cause des piqûres de moustiques. Nous dormons sous une moustiquaire, au réveil, c'est comme si nous avions dormi  à la belle étoile..."

 

101341239_o.jpgbebe-5-512x342.jpg

Ils se trouvent toujours le moyen de se glisser quelque part...

 

images (15).jpg

 

Ces agresseurs minuscules et empoisonnants se fixent sans doute le soir un plan d'extermination. S'ils sont dix par exemple, ils n'attaquent pas tous en même temps; cela permettrait d'en venir à bout d'un seul coup et d'avoir la paix pour le reste de la nuit. Non, il donnent l'assaut un par un; ils envoient tout d'abord un confrère en mission de reconnaissance pendant que les autres observent attentivement ce qui va se passer; bien reposé pour avoir dormi toute la journée, notre éclaireur nous tourmente avec son bourdonnement infernal, jusqu'au moment où, tout ensommeillés et furieux, nous nous mettons en chasse, finissons par tuer l'assailant et, soulagés, nous nous remettons au lit. Mais la lumière vient à peine d'être éteinte que le suivant se lance à son tour dans une série de loopings, spirales et vrilles.

 

images (19).jpg

 

J'ai observé pendant de longues nuits les moustiques, je suis arrivé à la conclusion que ces créatures devaient avoir dans leur gênes, un instinct suicidaire, un besoin impulsif d'auto-extermination, qui devant la mort de celle qui les précède, - ce sont es femelles qui attaquent, transmettent la malaria ou le paludisme, l'éléphantiasis -, les pousse, au lieu d'abandonner la partie et de capituler, à se précipiter les unes à la suite des autres dans une surenchère d'excitation, de désespoir et de détermination, vers une mort inévitable et subite.

 

images (16).jpg

 

En Afrique, la moustiquaire est capitale, sans elle, on se ferait complètement dévoré par le moustiques. Quand on pense à l'Afrique, on s'imagine avec effroi des lions, des éléphants ou des serpents alors que les véritables ennemis ici sont à peine visibles...

Comme tout bon malfrat, il sévit surtout la nuit tombée. Profitant d'un moment d'inattention - une porte entre-ouverte, une fenêtre mal fermée - il n'hésitera pas à s'immiscer, en toute discrétion, jusque dans vos draps pour vous frapper en plein sommeil. Accusé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans plus de 660 000 cas de décès des suites du paludisme dans le monde en 2010, et encore particulièrement actif en cette nouvelle saison des pluies, il continue de faire des ravages. 

 

Alors, comme tout bon prédateur, elle part à la chasse. Attiré notamment par le noir, la chaleur et l'humidité, le moustique femelle est par ailleurs particulièrement sensible au dioxyde de carbone et repère ainsi sa proie, par l'haleine et la sueur qu'elle dégage, plusieurs mètres à la ronde. Discret, si ce n'est pour son bourdonnement, voilà qu'en l'espace de quelques secondes seulement ce véritable vampire aura pompé jusqu'à deux fois son poids dans votre flux sanguin. En nous piquant le moustique sécrète une salive qui, pour lui sert d'anticoagulant, mais pour nous est à l'origine de démangeaisons... Et surtout de la transmission de virus, si sa victime précédente en était porteuse. Il est ainsi accusé d'infecter, chaque année, plusieurs centaines de millions de personnes de maladies potentiellement mortelles, telles que la fièvre jaune, le chikungunya, les encéphalites virales, les filarioses... Sans oublier le paludisme, dont 80% des cas sont recensés en Afrique Subsaharienne, et qui constitue encore une des principales causes de mortalité - notamment infantile - sur le continent.



22/03/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres