www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Léon Tillieux au Chili (2)

Chers amies et amis de la Transandine,
 
 
J'espere que vous ne souffrez plus trop du froid ... voici des nouvelles du Chili qui vont sans doute vous rechauffer un peu les esprits ... ou le coeur.


Quatre jours de visite dans la region de San Pedro de Atacama au Chili

Les Geysers de El Tatio

Apres avoir consacre la premiere journee a un peu de repos, a l'envoi du message numero 2 et des photos que vous avez appreciees semble-t-il, je suis parti samedi 26 janvier a 4 heures du matin pour visiter, avec une agence, un des sites de geysers les plus grands du monde: les geysers de El Tatio .  Malgre la temperature negative, il fut tres agreable de se baigner en plein air dans de l'eau chaude et meme de plus en plus chaude au fur et a mesure que l'on se rapproche de l'orifice par laquelle l'eau sort du coeur de la terre.

La vallee surprenante de la lune

Le soir, avec Yves, un Francais qui circule a moto partout en Amerique du Sud, je suis alle visiter la vallee de la lune.  En premier lieu les cavernes dans une roche constituee de sel principalement.  Ensuite au moment du coucher du soleil, nous avons grimpe sur une tres haute montagne pour admirer la fin du jour et les couleurs de ce site extraordinaire.  La lune est venue pointer son nez juste a cote du volcan Lincancabur qui domine le salar d'Atacama.  Vous jugerez de la beaute de ce spectacle en regardant les photos jointes.  Yves a conduit sa moto moderement tenant compte du fait que je qui ne suis presque jamais monte sur un tel engin !  Merci a cet ami de m'avoir emmene dans ce site extrairdinaire ... et d'avoir pu laisser ma monture "sans moteur" se reposer un peu au camping.
 
Dimanche 27 janvier : un volcan haut de 5.590 m.  ... un fameux Lascar !

La nuit du 26 au 27 janvier fut tres ecourtee du au fait que les voisins du camping ont parle, chante et rigole ... jusqu'au moment ou il etait temps de me lever (vive le camping sauvage dans une nature sans rigolos qui vivent la nuit plutot que le jour)!  Avec un guide tres competent et trois autres compagnons de randonnee (Emily, une jeune Etasunienne, travaillant dans un parc naturel en Oregon ... en se presentant, elle m'a dit ne pas savoir ou se trouve la Belgique ... comme Georges Busch parait-il ... moi non plus, je ne puis preciser ou se trouve l'Oregon, un jeune Australien et Leonardo, un jeune Chilien), nous avons en premier lieu admire les couleurs turquoise de la lagune de Lejia avant de commencer a monter a partir de 4.900 m.  Le guide s'arretait de temps en temps pour que nous puissions reprendre notre souffle.  Apres la premiere moitie de l'ascension, je m'arretais sans que le guide ne le fasse ... mes compagnons qui me suivaient ne demandaient pas mieux, me semble-t-il !  Apres trois heures d'ascension, nouis sommes arrives au bord du cratere :  spectacle incroyable de voir cet immense trou ou l'on devine le coeur de la terre;  quelques fumeroles nous revelent que la en dessous cela doit bouillonner tant et plus !  Le vent ne nous empeche pas de nous jeter dans les bras les-uns les-autres, laissant eclater notre joie.  Reste 40 minutes pour arriver au sommet :  4.590 m. au dessus du niveau de la mer, ce qui represente la hauteur du Mont Blanc (le plus haut sommet d'Europe) plus la hauteur du Signal de Botrange calcule depuis Ostende !  La, le vent redouble d'intensite et de nouveau, nous laissons eclater notre joie.  En ce qui me concerne, pas de mal de tete, pas de crampes, une bonne resistance au froid grace aux sous-vetements en laine de mouton de Nouvelle-Zelande ... ce que je vous recommande si vous souffrez du froid en Belgique!

Dans les yeux du salar

Lundi 28 janvier, dernier jour de repos a San Pedro de Atacama, je pars tres tot avec le velo vers la lagune de Cejar ou il est possible de se baigner ... et de flotter vu la tres forte densite de sel.  Un peu plus loin, bain dans les "ojos del salar", c'est-a-dire dans les yeux du salar.  Un groupe de touristes francais s'interesse a mon periple a velo ... et me ravitaille en eau et en brochettes de fruits sortant tout droit du frigo box.  Comme cela fait du bien le partage .. quant il fait pres de 40 degres !

Rencontre inattendue avec Andre Etchelecou des Pyrenees

Le dernier soir, une heure de rencontre et d'echanges d'experience avec ce professeur emerite de l'universite de Pau ... converti au velo longue distance et a l'escalade de volcans ! J'ai eu connaissance de ses périples a velo grace au "forum des voyageurs" sur Internet.  Grace a lui, j'etais au courant des difficultes de la traversée du col de Sico entre l'Argentine et le Chili avant de prendre la route. Pendant cet echange, nous avons mis en commun les souvenirs de la traversee de l'Ouzbekistan et nous avons parle de projets futurs comme le Kirgizistan (pour moi) ou encore le Tibet (pour Andre).  Nous nous sommes donnes rendez-vous dans les Pyrenees pour un partage plus appronfondi de cette passion commune du velo - longue distance - rencontres des populations.
 
De San Pedro d'Atacama a Antofagasta.
Une tres tres longue montee precedant une longue descente vers Calama

Premiere journee terrible pour sortir de la region de San Pedro de Atacama vers Calama.  Les amis francais m'avaient prevenu :  ce sera tres tres dur ... "pars tot pour eviter le vent !".  A 7h30 je demarre et de suite me trouve le nez devant cette cote a du 10 pourcent et plus.  Apres le passage de la "Cordillera de sal", je me trouve devant une tres tres longue montee ... de 26 km.  Je mettrai finalement 8h30 pour arriver au sommet du col, le paso Barros Arana ... soit a une moyenne de 3 km/heure ... je pense que meme les baudets auraient fait mieux.  En revanche de l'autre cote, malgre le vent, une tres longue descente a pres de 20 km heure de moyenne.  Arrive au camping de Calama, bien accueilli par un couple tres sympathique, jugez-en :  a peine arrive, le mari a hisse le drapeau belge!  Les chiliens sont tres friants de defiles, saluts au drapeau, etc.  Ce jour la, outre le drapeau chilien, flotterent nos couleurs nationales sur cette terre chilienne ... remarquez, j'etais le seul campeur (sous tente) !
 
Sur un mur de Calama, un texte de Pablo Neruda, un des plus grands poetes chiliens.
 
" Yo llegue al cobre, a Chuquicamata, era tarde en las cordilleras.  El aire era como una copa fria, de seca transparencia."  Traduction : " Je suis arrive a Chuquicamata, la region du cuivre, il se faisait tard dans la cordillere.  L'air etait comme un verre de fraicheur, d'une seche transparence".  Dans ce merveilleux texte, Pablo Neruda decrit tres justement cette region de Calama, riche en minerais, surtout de cuivre mais aussi une region desertique avec un tel degre de secheresse que c'est un des endroits du monde ou il y a la plus grande transparence et donc la plus grande visibilite notamment pour l'observation des etoiles.
Visite de la mine de cuivre la plus grande du monde.

Je savais que le sous-sol du Chili contenait de grandes richesses minieres mais j'ignorais qu'il y avait une mine de telle importance.  Cette visite au coeur du cuivre chilien me rapelle combien l'histoire de ce pays est liee a ces richesses minieres.  Fin du 19eme siecle, la guerre du Pacifique (1879-1884) opposa le Chili d'une part, le Perou et la Bolivie d'autre part.  Combien de combats sur terre et sur mer; combien de jeunes sont morts pour les interets economiques des classes dirigeantes de l'epoque.  Cette guerre couta a la Bolivie son acces a la mer ... depuis, ce pays ne s'en est jamais remis !  Le Chili occupe toujours ces vastes territoires ... desertiques certes mais riches en matieres premieres dont le cuivre.
 
Par ailleurs, plus recemment dans l'histoire contemporaine, je ne puis m'empecher d'evoquer le defi qu'Allende s'etait fixe, en nationalisant les richesses minieres du Chili de facon a pouvoir financer un programme social et de justice pour tous les chiliens.  Cela ne pouvait qu'aller a l'encontre des interets des maitres du monde qui, par l'intermediaire de la CIA, installerent un dictature terrible :  Pinochet allait dominer, ecraser, assassiner ... des meres sont encore a la recherche dans cette region de Calama, des restes de leur epoux ou de leur fils, executes apres avoir ete tortures.  Une part tres sombre de l'histoire de ce pays !
 
Je ne puis egalement qu'etablir le lien avec la Belgique qui est en train de perdre un fleuron de la Wallonie en ce qui concerne la siderurgie et de meme, proche de nous egalement, la region Lorraine de Florange en France.  Comment est-il possible de laisser ces richesses nationales entre les mains de puissants (asiatiques et autres) qui ne se preoccupent aucunement du sort des familles des travailleurs?  Encore faut-il, si l'on opte pour une gestion par l'Etat des ressources strategiques, une gestion saine ... plus serieuse que celle que l'on a reservee a Dexia (l´ex-Credit Communal de Belgique) !
 
Sur le mur de Calama, a cote du texte de Pablo Neruda, il y en avait un de Salvador Allende qui disait : " Quiero insistir que, porque el pueblo es gobierno, es posible que hoy dia digamos que el cobre sera de los chilenos "  traduction " Je veux insister sur le fait que, puisque le gouvernement emane du peuple, a partir d'aujourd'hui nous pouvons dire que le cuivre appartiendra aux Chiliens " - texte du 11 juillet 1971, jour ou la mine de cuivre de Chuquicamata fut nationalisee".  J'ose esperer que aujourd'hui encore la mine est geree pour le bien de tous les chiliens.
 
Traverse du desert d'Atacama ... un veritable desert !
 
Entre Calama et Antogagasta, longue traversee du desert d'Atacama.  Je connaissais le salar d'Atacama, repute pour sa luminosite ... voila le desert ... un veritable desert !  Comme le disait Yves, le motard Francais avec qui je suis alle visiter la valle de la lune, c'est un veritable desert :  pas une herbe, pas une plante, rien que des cailloux et du sable.  Au Sahara, il y a toujours ici et la, un troupeau de chevres ou de moutons, un bedouin qui vient vous saluer.  Ici au Chili, pendant plus de 220 km, je n'ai vu aucune habitation, aucune construction (mises a part les installations minieres), aucun paysan ... seulement deux pietons au bord de la route.  Je n'ai vu qu'un seul arbre ... encore fallait-il que lorsque j'ai voulu y faire une sieste en dessous de lui, les ordures et les mouches y avaient elu domicile avant moi !
 
Baquedano, noeux ferroviaire vers la Bolivie
 
Une attraction quand meme dans le desert d'Atacama, c'est le musee ferroviaire de Baquedano, important noeux ferroviaire de la compagnie de trains qui reliait et relie toujours la ville d'Antofagasta et la Bolivie.  Ligne strategique en ce qui concerne le transport de minerais ... car si c'est un desert, il y a plein de richesses dans le sous-sol :  cuivre, salitre (melange de sodium et de nitrate de potasium).
 
 
 
De Antofagasta a Taltal sur l'océan Pacifique au Chili.

Antofagasta, un grand port sur l'ocean
 
Decouverte de bon matin de cette tres grande ville du Nord du Chili, port tres important, ayant conserve plusieurs batiments anciens dont la gare ferroviaire de la FCAB ( Compagnie de chemins de fer d'Antofagasta et de Bolivie), le batiment des douanes, etc.  Charmante place avec la tour de l'horloge ... ou j'ai parle avec deux touristes Allemandes s'exprimant en un francais impecable et s'interessant a mon periple.
 
En suivant la route numero 1 renseignee sur la carte routiere editee en Allemagne, j'avais l'intention de rejoindre la ville de Taltal en suivant l'ocean.  Apres quelques kms, je me suis retrouve sur un sentier qui devenait de plus en plus escarpe ... si bien que j'ai pris la sage decision de faire demi-tour et de suivre la Panamericaine.
 
Une nuit passee dans ... et en dehors ... de l'annexe d'une chapelle militaire
 
Apres l'aventure avortee de la route cotiere qui n'existe plus, je decide de quitter cette grande ville d'Antofagasta en esperant trouver une endroit calme et sur pour planter la tente.  En voyant au bord de l'ocean une "chapelle militaire", je m'approche et demande au chef des ouvriers en train de renover l'annexe, si je peux planter la tente a cet endroit.  Celui-ci me repond "bien sur" et m'invite a installer mes penates dans l'annexe.  Apres un brin de toilette, bien necessaire "apres la traversee du desert", je m'endors ... sous les yeux de la statue de la Vierge.  Vers minuit, deux militaires viennent, tout desoles, me dirent que leur chef leur a rapelle que ce lieu, meme s'il est beni ... est territoire militaire ... donc je dois partir.  Apres avoir sorti tous mes bagages et referme la porte (dont je n'ai pas la clef), le soldats me disent que je peux aller m'installer sur la plage toute proche.  Mais se rendant compte que mes nombreux bagages risquent d'attirer du monde, ils reprennent contact avec leur chef, explique la situation au chef ... qui revient sur sa decision : le lieu me redevient "ouvert".  Mais je n'ai pas la clef.  Je propose donc aux soldats qui acquiesent, de passer la nuit ... devant la porte.  Apres tout "sur le parvi de l'eglise", on y est aussi bien (un petit clin d'oeil a Jacques Gaillot qui devrait apprecier la mesaventure) ... d'autant plus qu'il fait chaud et qu'il n'y a pas de moustiques.  Le lendemain matin au petit reveil, un des soldats est venu s'enquerir, si j'avais bien dormi, si j'avais a manger, si j'avais de l'eau et si personne n'etait venu me deranger ... quand meme sympas les militaires chiliens !!
 
Un nouveau desert :  320 km entre Antofagasta et Taltal
 
Affonso le Bresilien rencontre a San Antonio de los Cobres m'avait averti :  " tu devras traverser un desert pendant 400 km.  Il faut prendre de la nourriture car il n'y a aucun moyen de se ravitailler.  Pour l'eau, juste quelques litres.  Quant tu vois ta reserve diminuer ... tu fais signe aux camions et aux voitures en agitant une bouteille vide." Ce que j'ai fait ... et dans les cinq minutes, un camion ou une voiture s'arretait :  de l'eau fraiche, des biscuits ... et meme une grappe de raisins !  Comme quoi dans le desert, la solidarite ... je l'a experimente une fois de plus.  Affonso quant a lui est arrive a Potosi en Bolive (selon courriel recu de lui ... la magie d'Internet) !
 
Une nuit dans un espace reduit reserve a une douche
 
Le mardi 5 fevrier, alors que je luttais contre un vent fort de face, je vois comme dans un mirage une "posada" ... un restaurant pour routiers.  Je n'hesite pas, je demande - outre un bon repas - a pouvoir installer ma tente dans le jardin (plutot un depot de toutes sortes:  vieux camions, objets heteroclites, etc).  Le patron accepte et me propose de passer la nuit dans un espace reduit prevu pour une douche et mesurant 3 m sur 1,5.  Pour moi, j'y ai tres bien dormi, en compagnie du velo (la roue avant demontee) ... c'etait toujours mieux que d'essayer de monter la tente, par ce vent "a decorner les boeux" !
 
Taltal, cite balneaire tranquille au bord de l'ocean
 
Depuis que le gerant du camping de Calama m'a dit que le vent du Pacifique se levait a partir de midi, je pars tous les jours a 6 heures.  Leve a 5 heures, je beneficie ainsi des premieres heures du jour sans vent.  Par apres, a certains moments, il est impossible d'avancer a plus de 7 km/heure.  Pour planter la tente, j'ai recupere au bord de la route des "elastiques" decoupees par les camionneurs dans de vieilles chambres-a-air.  Cela me permet d'inserer a chaque coin de la tente une grosse pierre ... et le vent peut venir !
 
 
 
Apres ce long message envoye de Taltal, je vous donne rendez-vous dans une dizaine de jours.  J'avance bien malgre le vent.  Je suis arrive a la moitie du parcours prevu :  j'ai depasse les 1.400 km.  Demain je rejoins la panamericaine ... il me restera 1.100 km jusque Santiago... plus quelques detours vers la mer ou des sites interessants.
 
A plus.
 
 
Leon


18/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres