Une vie faite de séparations de ceux qu'on aime

 

 

 

 

 


Quand tout est fini rien ne sert de verser des larmes pour pleurer les jours enfuis.

Les larmes ont, comme l'odeur de l'aubépine et de l'amandier, une suave amertume.

 

 

 

 

Celui qui veut montrer ses larmes ne se met pas sous la pluie (Afrique)

Ce sont ceux qui ont peu de larmes qui pleurent vite le défunt (Afrique)

 

Les larmes ont leur joie secrète, en creusant un peu on y découvre quelque tristesse cachée.
La plus grande joie de la vie, c'est de se sentir utile aux autres. (Abbé Pierre)
 
La Vie vous réserve beaucoup de peines et de petites joies par intermittence...
 
 72385_612047778805832_247276249_n[1].jpg
 
Mon enfance fut  bercée dans le giron familial de Sorinne-la Longue, un tout petit village de Belgique.
J'avais 5 ans lorsque ma grande sœur, Gilberte, de 10 ans mon aînée fut atteinte de la méningite...
Elle avait 14 ans...
  • La méningite à méningocoques est une forme de méningite bactérienne, une grave infection des fines membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière.
  • C'est en Afrique sub-saharienne du Sénégal à l'ouest jusqu'à l'Éthiopie à l'est, que l'on enregistre  les taux les plus élevés de prévalence de cette maladie.

gilberte pourrain 001.jpg photo_59386_970722_201003264113491[1] - Copie.jpg guy annie gilberte 001.jpg

 

Elle fut soignée à l'hôpital Reine Elizabeth de Belgrade luttant durant 9 mois contre la mort, ma maman resta à ses côtés les neuf mois dormant sur un lit de fortune à côté de sa fille adolescente sans rentrer à la maison, mon éducation était prise en charge par ma cousine Annie (20ans) qui fut hébergée par mon père. Le docteur Colinet de ma sœur fut quelque fois appelé en pleine nuit, il descendait parfois à l'hôpital en costume sur le pyjama... Gilberte endura 160ponctions lombaires dans l'épine dorsale. Très vite, elle resta alitée et ne put plus marcher.

Moi, petit gamin, je la visitais chaque dimanche, lui raflant tous ses desserts...

Lorsqu'elle rentra à la maison, elle perdit l'ouie et toute sa vie, elle vécut dans le silence, jamais, elle ne put entendre la voix de son mari ni de ses enfants et petits enfants...

 

Ma sœur était à l'écoute attentive de chacun sans entendre les bruits du monde...

 

Ce fut ma première peine.

 

J'interrompis mon aventure sénégalaise pour assister à son enterrement en 2014...

 

ligne_2_045.gif

 

Comme on en a tous, je vécus des amours de jeunesse qui me mirent sur le voie de l'amour adulte.

 

 marieclaire 001.jpg artimage_59386_3077135_201012022638812[1].jpg

Ma première compagne s'appelait Marie-Claire Richardeau, elle avait 20 ans, j'en avait 17, les premiers élans du cœur, les premiers sentiments vers l'autre sexe, la fierté, la protection...Je dus interrompre cette relation pour poursuivre mes études au pensionnat du Collège de Bellevue à Dinant. Marie-Claire décéda à l'âge de 22 ans dans des conditions tragiques que par pudeur pour mon ami Louis et sa sœur, je tairai ici. Elle reste bien l'ange que je garde...Encore aujourd'hui, je garde d'elle l'image d'un premier amour tendre et innocent.

 

ligne_1_011.gif

 

 tity 001.jpgtity2 001.jpg Tity2 001.jpg

 

Ma  deuxième compagne s'appelait Rosa-Marie Morimont dite Tity, elle était née la même année que Marie Ndenga (1950) je la fréquentai plus de 10 mois. Ce fut le moment de mes dix-huit ans et j'étais dans la classe de poésie à Bellevue. Nous nous écrivions chaque semaine, je possède encore toutes ses lettres. Je terminai ma rhéto et m'envolai à Bruxelles faire une candidature d'interprétariat à l'Institut Libre Marie Haps

Nos relations s'estompèrent et nous fîmes chacun notre chemin.

Marie-Rose épousa un médecin, eut deux fils. Elle trouva refuge dans l'alcool et mourut en 1996, elle avait 46 ans...

 

ligne0007.gif

 

Marie Ndenga fut assassinée par Alain  Eitel le 17 août 1987, elle avait 37 ans..

 En matière de crime, il y a prescription après 10 ans...

 

 
oiseaux009.gif
  marie16 001.jpg marie17 001-001.jpg


marie18 001.jpg guy 001.jpg

Ce qui lie ces trois jeunes femmes est leur destin tragique, toutes trois disparues en pleine jeunesse: 22- 37 et 46 ans...
Aujourd'hui encore, je n'ai pas oublié leur attachement, leur soif de vivre, le destin (?) en aura décidé autrement. 
 
 141620.jpg
 
 En 1995, un petit frère vient combler la joie d'Aurélie et Nicolas et celle de ses parents.
Au cœur de sa pré-adolescence les cellules alfa de son pancréas meurent le diabète de type 1 est déclaré
Emilien devient un enfant diabétique insulinodépendant, il a dix ans. Ce sera ma deuxième peine.
(j'ai publié un article: "pendant que le monde bavarde") sur ce sujet
 
Emilien est un jeune homme de 20 ans, qui a toutes ses chances dans la vie mais il doit chaque jour mener le combat des inévitables sursauts glycémiques...
Je publierai bientôt un article sur le traitement du diabète de type 1
 emilien 001.jpg
ligne_1_004.gifligne_1_004.gifligne_1_004.gifligne_1_004.gif
 
 
En 2008,je quittai Christine Gustin, maman de mes trois enfants...pour toujours
De commun accord, bien que je fusse réticent, je signai un acte de divorce par consentement mutuel au Tribunal civil de Nivelles
Voici ma troisième peine...
 
Une vie, marquée d'étapes de douleurs... une vie, dans les séparations successives de ceux qu'on aime...
 
reprends ta route comme tu reprends de l'air, cicatrise ton passé, avance chaque jour, partage ton amitié, si longue est la route vers tout ce que tu espères... 
 
bphq5y3tcf1.gif
 
 L'avenir est toujours à reconstruire... En novembre, je retrouverai Abi...
 
P1210889-001.JPG
 

 image8.gifimage8.gifimage8.gifimage8.gif
 
 
 
 
 
 
 
 


26/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion