www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

Réponse de Pape Samb, journaliste musulman à mon article (2)

Bonjour cher Guy,

Très heureux de recevoir ton message que j'ai lu intégralement et avec délectation. Un véritable cours magistral sur l’homosexualité et ses variantes. 

En vous lisant, avec la passion qui transparaît derrière vos écrits, consolidée et crédibilisée par une documentation fouillée, la communauté homosexuelle peut dormir tranquille. Elle a trouvé en votre personne un bon avocat.

 

 

Excusez-moi de vous dire que votre position personnelle sur l’homosexualité est orientée, tendancieuse et par conséquent subjective. Alors, j'ai bien peur qu'on ne puisse jamais s'entendre car vous semblez arc-bouté sur vos certitudes carrées.

Votre problème, si vous permettez, c’est que vous méprenez totalement sur les ressorts de la société sénégalaise. C’est normal…Vous n’êtes pas un Sénégalais. C’est le cas, par exemple, quand vous dites que: "Je ne fais nullement l'apologie de l'homosexualité ni de l'islamophobie que je combats. Mais ce qui regarde la sphère privée des hommes n'appartient ni à l'Etat, ni à la doctrine religieuse quelle qu'elle soit".

 

Eh bien, cher Monsieur, pour votre gouverne, sachez que la société sénégalaise est caractérisée par la vie en groupe, en communauté, où l’individu n’est pas valorisé en dehors du groupe, où la « sphère privée » est presque inexistante. C’est totalement différent du mode de vie en Occident avec la physionomie de la famille composée tout juste de Papa, Maman, le fiston et la nounou. Rien à voir avec les familles élastiques africaines où les membres qui résident dans une même concession, peuvent se compter par dizaines. Où on mange ensemble autour du bol. Où on partage les joies et les peines. C’est pourquoi il y a, par exemple, moins de suicides chez nous que chez vous car, les problèmes d’autrui sont partagés, pris en charge par le groupe, faisant que l’intéressé ne se sent jamais seul et voit son entourage trouver les solutions idoines à ses pépins, écartant ainsi toute idée de suicide.

 

Aussi, les notions de « adultes libres et consentants ». Ce que derniers font de « leurs parties intimes » peut déranger le groupe si cela va à l’encontre des canons de la morale et des us et coutumes. C’est tout simplement une VIOLENCE à l’égard du groupe. Vous dites que « La police n'est pas une tutrice, mais un service public ». Ce n’est pas pour rien qu’il existe au Sénégal une « Police des mœurs » chargée de combattre et de réprimer ce qui est considéré comme des déviances, qui sont aussi des « priorités comme la sécurité des citoyens, la lutte contre les agressions ainsi que celle contre les trafics de stupéfiants ». Les réduire à de simples « frasques et e coucheries où il n'y a ni viol, ni détournement de mineur et encore moins un acte pédophilie »

 

dénote d’une mauvaise lecture, de votre part, des tenants et des aboutissants de la société sénégalaise. Vous séjournez depuis longtemps parmi nous et profitez de la Teranga (hospitalité) sénégalaise légendaire, mais la greffe ne prend pas, semble-t-il, à cause des œillères que vous portez et des idées arrêtés qui gouvernent vos pensées et actions. Oser dire, dans un pays composé à plus de 95% de musulmans et un peu plus de 3% de chrétiens, qui abhorrent l’homosexualité, que « Dans ce débat ou il s'agit des droits fondamentaux des individus et des droits des minorités, l'argument religieux n'a pas sa place », pourrait être interprété comme un manque de respect qui aurait pu mal finir si on n’était pas dans une société tolérante. Ce n’est pas parce qu’« il y a bien dans toutes les régions du monde des hommes qui aiment des hommes et des femmes qui aiment des femmes » qu’on l’acceptera chez nous. Il y a un adage wolof qui dit que « le fait que tout le monde pratique le mal ne transformera pas le mal en bien ». Merci de nous intimer l’ordre de « sortir du monde religieux pour embrasser le monde civil des contingences humaines ». Ah ! Le reflexe du colon, père fouettard, la chicotte à la main, prêt à faire souffrir le petit nègre. « [Notre] confusion [qui] réside dans l'assimilation de 6 groupes totalement différents et, dans leur sentimentalité, et, dans leur sexualité » n’en est pas une car nous les mettons tous dans le même sac. Ils ont en commun de s’écarter de ce qui est socialement correct. Nous nous faisons forts « d’enfermer dans le même enfer » tous les homosexuels et tout ce qui y ressemble. L’islam recommande même de les enterrer, à leur mort, hors des cimetières musulmans. 

 Très cordialement.

 



22/08/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres