Retour sur un sujet passionnant: la conception du temps humain en Afrique et en Europe

L'Européen et l'Africain ont une conception tout à fait différente du temps.

 

images (22).jpg738_temps.jpgistock-lentreprise-horloge-temps-de-travail_5591903.jpeg

Pour les Européens, le temps vit en dehors de l'homme, il existe objectivement comme s'il était extérieur à lui, il a des propriétés mesurables et linéaires. (le temps absolu de Newton)

L'Européen se sent au service du temps, il dépend de lui, il en est le sujet. Pour exister et fonctionner, il doit observer ses lois immuables et inaltérables, ses principes et ses règles rigides, il doit respecter  des délais, des dates, des jours et des heures. Il se déplace dans les lois du temps en dehors desquelles il ne peut exister. Elles lui imposent ses rigueurs,ses exigences et ses normes, Entre l'Européen et le temps existe un conflit insoluble qui se termine toujours par la défaite de l'homme : le temps détruit l'homme.

Il se rapproche de la conception du temps africain lorsqu'il perçoit que des minutes ont duré des heures et des heures quelques secondes...

770af84f1d6c7051d186894c23ee8248_XL.jpgmcghee-family-002-tease-today-160608_705e5d21c91256ed6612990068973ee7.today-inline-large.jpg

 

L'Africain perçoit le temps autrement. Pour lui, le temps est une catégorie beaucoup plus ouverte, élastique, subjective.

C'est l'homme qui influe sur la formation du temps, sur son cours et son rythme, le temps est même une chose que l'homme peut créer, car l'existence du temps s'exprime entre autres à travers un événement. or c'est l'homme qui décide si l'événement aura lieu ou non. (si deux armées ne s'affrontent pas, la bataille n'aura pas lieu et donc le temps ne manifestera pas sa présence)

 

Le temps est le résultat de l'action de l'Africain et il disparaît avec l'abandon de l'action. Si l'homme ne lui transmet pas son énergie, le temps est en hibernation. Le temps est un être passif, dépendant de l'homme.

 

C'est tout à fait l'inverse de la pensée européenne:

 

Si nous allons à la campagne où doit se tenir l'après-midi une réunion et qu'il n'y a personne sur les lieux de cette réunion, la question: "Quand aura lieu la réunion?" est insensée car la réponse est connue d'avance: "Quand les gens se seront réunis"

 

C'est pourquoi l'Africain qui prend place dans l'autocar ne pose aucune question sur l'heure du départ. Il entre, s'installe à une place libre et sombre aussitôt dans l'état où il passe la majeure partie de son existence : la torpeur.

L'Européen traduit cet état en "une capacité d'attente fantastique."

 

Pour l'Africain, c'est l'énergie de l'homme qui met le temps en mouvement, il se passera alors quelque chose, tant que cela n'arrive pas, il faut attendre, tout autre comportement est illusoire et utopique.

 

Au bout de deux heures d'attente, l'autocar bondé quitte la gare. Secoués par les cahots, les passagers reviennent à la vie. L'un tend la main vers un biscuit, l'autre pèle une banane. Les gens regardent autour d'eux, essuient leur visage en sueur.Le chauffeur ne cesse de parler, tenant d'une main le volant, gesticulant de l'autre, tous se pâment de rire.

Nous voilà en route avec le temps!

 

 "le temps humain est la marque indélébile d'un élan vers la mort et la disparition" (Jean d'Ormeson) 



21/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion