www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

dimanche 15 décembre repas dans la famille Cheikh

 P1170386.JPGP1170417.JPGP1170422.JPG



Ce samedi, c'est vraiment l'enfoncement dans la brousse environnante, à vrai dire, Saly n'est pas représentatif du Sénégal car cette petite bourgade a été choisie par la plupart des agences de tourisme et le contraste est d'autant plus frappant entre le luxe de ces palaces surveillés par des gardiens qui en interdisent l'entrée aux autochtones -pour la "quiétude" des touristes européens surtout français - et la vraie vie africaine.

Notre ami Cheik (coiffeur) est venu nous chercher avec la voiture de Gérard pour nous faire visiter son jardin, piste de sable sur 3 kilomètres et puis nous franchissons une grille de cordes et nous nous retrouvons en plein milieu de ses plantations...qui s'étendent sur un demi-hectare: manguiers, bananiers, piments, patates douces, ...dans cette immense endroit en plein milieu un puits et un minuscule abri de béton, Cheik nous présente son gardien et ouvrier, petit homme  d'un âge très avancé qui ne parle pas français (salaire: 15 euros par mois)

demain, ce sera le repiquage des fraisiers belges, l'africain n'a pas la notion de ligne droite, il plante n'importe comment, il nous incombera de montrer l'utilité de notre rationalité d'européens tout en y laissant une pointe de fantaisie...

l'important, c'est l'eau et la qualité de la terre, rien que du sable, l'eau s'y engouffre instantanément, il faut inventer des plans d'irrigation...

Des photos viendront mais hier j'en ai paumé 286....

Le midi, Cheik comme de coutume nous invite chez lui à Mbour, il vit avec sa femme et ses enfants dans une coquette vila à étage avec un très grande terrasse donnant sur la piste et la cité: son mobilier y est très sobre: un salon en fer forgé, une petite table de salon sur laquelle on prend les repas "entre hommes" une tv, du salon on aperçoit l'unique chambre parentale, le soir les enfants dorment à même le sol sur un tapis.

Dîner: un plat unique préparé par son épouse: riz sénégalais carotte, oignons patate douce poissons de l'océan, le tout baignant dans une sauce jaunâtre épicée, on mange à même le sol dans le même plat, les enfants restent en bas avec la maman, les sanitaires sont plus que rudimentaires: wc à la française, porte de tôle, pas d'électricité, pas de papier... la douche est du même genre: murs de béton brut, à côté un autre renfoncement, c'est là que se font toutes les préparations culinaires sur un petit feu de bois...

Après le repas, Cheik nous accompagne pour une visite à pied à travers les ruelles de sa cité direction, la nouvelle mosquée de Mbour. De toutes part, des kyrielles d'enfants viennent s'agglutiner autour de nous en signe d'affection, partout des gens se saluent, nous font signe, "ça va les jeunes"!

ce qui marque, c'est la promiscuité, l'absence totale de salubrité publiques, les "rues" sont jonchées de débris de béton,, cartons, pneus, carcasses de voitures et de camions...

à gauche, un fabricant de meubles au travail, à droite, on enlève le moteur d'un camion, on soude, ça crépite d'étincelles...

P1170404.JPG

 



16/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres