www.guywilmotte.com

Il n'est pas de montagne plus haute que les marches de l'oubli

samedi 28 décembre

 

 

 Conseil!  si vous cliquez sur nos photos, celles-ci s'agrandiront....

 

 

Ce matin, le grand soleil du Sénégal darde ses rayons à travers les persiennes de nos chambres.

Pas un seul nuage, la journée s'annonce "chaude" , à notre terrasse avant, nous prenons un bon petit déjeuner sous une température de 20° dès 8h30.

Nous nous rendons au parking pour prendre possession de notre limousine, à notre grande surprise, celle-ci souffre déjà d'une crevaison à l'arrière, pneu à remplacer, quelques minutes plus tard, proposition des sénégalais voisins qui tiennent une petite boutique sur notre (avenue) de démonter, partir en ville pour procéder à la réparation ou plutôt au remplacement car l'usure est manifeste malgré la jeunesse éclatante de notre nouvel attelage + livraison  d'une nouvelle jante et d'un pneu de secours dont nous étions dépourvu jusqu'à présent...coût: 40.000FCFA = 60 euros service et main d'oeuvre compris!

 

Ici au Sénégal, de grand matin, les sénégalais vous accostent par un "bonjour, ça va?"

Dès le moindre ennui, chacun a sa solution pour nous tirer d'affaire: "vous voulez une nouvelle voiture? une 4x4 ? un quad ? une farde de cigarettes ? du pain ? un voyage à Dakar ? une "gazelle" ? j'ai ce qu'il vous faut!" Le système est ainsi répandu, tout sénégalais sait que par ses relations, il trouvera réponse à votre demande et même s'il n'est pas le fournisseur de première main mais celui de la nième, il gagnera un pourcentage sur l'information et la réalisation de l'affaire commerciale.

 

Après quelques courses le matin et un excellent déjeuner préparé par Safi (poisson d'océan avec chaque jour sa préparation culinaire différente, cuit au four sous un lit de légumes, d'ail et d'oignons accompagné de manioc, pommes de terre et coupe de fruits exotiques, nous reprenons notre route pour notre attelage avec un pneu arrière flambant neuf d'occasion! direction khokhoma où se situe l'école de notre projet et où nous attendent le directeur d'école et une assemblée de parents d'élèves (âgés de 3 à 11 ans)

 

Une population jeune et variée

       

Treize millions d’habitants, aux cultures et traditions différentes, vivent en bonne intelligence.

 

PNG - 33.9 ko
Densité de la population
IRD, 1988

La population sénégalaise connaît une augmentation rapide. Les moins de 20 ans représentent 55 % de cette population dont le taux annuel de croissance est de 2,8 %.

Les Wolofs, les plus représentés (35 %), sont présents dans tout le pays, en particulier dans le centre, au nord et le long du littoral Dakar - Saint Louis. Agriculteurs et commerçants, de confession musulmane pour la plupart. Les Lébous, établis en communautés de pêcheurs dans la presqu’île du Cap-Vert et à Saint Louis leurs sont apparentés. La langue wolof est parlée par les trois-quarts de la population

Les Pulaar (25 %), composés de Foulbés, Peuls et Toucouleurs, dont le nord du Sénégal, le Fouta Toro, foyer historique de propagation de l’Islam au Sénégal, constitue le berceau culturel, sont très actifs dans les domaines du commerce, de l’élevage et de l’agriculture irriguée. Ils peuplent la vallée du fleuve Sénégal ainsi que la zone du Ferlo.

Les Sérères (20 %) sont moins dispersés que les autres ethnies. On les retrouve dans le Sine-Saloum, le long de la Petite-Côte, le centre du pays et au nord-ouest de la Gambie. Ils sont à majorité musulmans, sauf au niveau de la Petite-Côte.

Les Diolas (8 %) se retrouvent en Casamance, mais aussi en Gambie et en Guinée-Bissau. Orientés plutôt vers la riziculture, ils sont majoritairement animistes et/ou chrétiens au niveau de la basse Casamance (Ziguinchor, Oussouye, Cap Skirring), musulmans plus au nord et à l’est.

En dehors de ces grands groupes ethniques, on trouve les Mandingues au Sénégal Oriental, les Soninkés (50 000 personnes) très présents à l’est du pays et dans les zones limitrophes du Mali et de la Mauritanie, les Bassari et Bédik vivant surtout de la culture du mil et du maïs, de la cueillette et de la chasse, entre la frontière guinéenne et les limites du parc national de Niokolo-Koba.

Dakar compte environ 3 millions d’habitants. Viennent ensuite par ordre d’importance Thiès et Kaolack, puis Saint-Louis, Rufisque, Ziguinchor et Diourbel.

 

Estimation de la population du Sénégal en 2013 : 13 500 000

 P1180280.JPG

Vous l'aurez compris, les parents qui forment le village de notre école sont des Peuls:

Même s’ils ne font pas beaucoup parler d’eux, les Peuls représentent l’un des plus grands peuples d’Afrique: ils sont plus de 20 millions, anciens éleveurs nomades islamisés qui parlent la même langue, partagent la même culture, avec des accents et des expressions différentes en fonction des régions.

 «La seule spécialité des Peuls, c’est l’élevage. S’ils ont la réputation d’être endogames, c’est parce que la propriété du bétail passe par la femme. On fait donc de telle sorte que le bétail ne sorte pas de la famille ou du clan. Quant à l’image d’une communauté assez fermée, elle correspond sans doute à une certaine réalité. Les Peuls se sont toujours suffi à eux-mêmes du point de vue économique, grâce au bétail.»

«Avant l’islamisation, le matriarcat était en vigueur. Il y avait Dieu, la vache et la femme, qui venait en troisième parce qu’elle donne le lait, sacré chez les Peuls. L’islamisation, entre les XIe et XVIIIe siècles, a tout changé. Il n’y a plus que les Peuls Bororos du Niger qui pratiquent encore les coutumes d’avant l’islam. Ailleurs, les traditions musulmanes ont pris le dessus. Les mariages sont arrangés tôt, à l’âge de la puberté pour les filles, en milieu rural, par peur du déshonneur.

Dans les temps anciens, avant l’islam, il existait chez les Peuls une fiancée d’honneur: un garçon et sa famille se voyaient confier une jeune fille dont ils devaient veiller à la virginité jusqu’au mariage. Aujourd’hui, dans les villes, les femmes sont beaucoup plus libres. Mes soeurs m’ont par exemple juste tenu informé de leurs mariages, sans me demander mon accord sur leurs partenaires, comme la tradition l’aurait demandé.»

 P1180283.JPGP1180295.JPG

suite de notre dossier dans l'article suivant avec de très jolies photos...



29/12/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres