Trois femmes sénégalaises et un sénégalais arrêtés et emprisonnés à Dakar

 

Amis lecteurs, bientôt ces articles sur l'actualité sénégalaise seront regroupés dans une catégorie spéciale...

 

Les réseaux sociaux à Dakar sont entrain de devenir un cauchemar pour certains.

 

Oulèye Mané, Bara Fall, Amy Collé et Pemba Bâ sont tous aujourd'hui dans les liens de la détention pour avoir commis des dérives dans l'utilisation des réseaux sociaux.

 

Tous les quatre ont été placés en garde à vue à la Division des Investigations Criminelles, placés sous mandat de dépôt, puis arrêtés et emprisonnés.

 

OULEYE MANE  arrêtée pour diffusion de photomontage du Chef d'Etat

 

14270742-20246929.jpg

 

Oulèye Mané et les autres membres du groupe whatsapp placés sous mandat de dépôt

La journaliste Oulèye Mané et ses amis du groupe whatsapp « Xaley beug lou bakh » viennent d’être placés sous mandat de dépôt par le Doyen des juges suite à l’affaire la photo montée du Chef de l’Etat.

Les choses se compliquent davantage pour la journaliste Oulèye Mané et ses acolytes du groupe whatsapp « Xaley beug lou bakh ».

En effet, les quatre membres de ce groupe whatsapp ont été placés sous mandat de dépôt par le Doyen des juges.  Ils sont poursuivis des délits d’association de malfaiteurs de diffusion d’images  contraires aux bonnes mœurs.  Et toute cette bande d’amis a été envoyée à la prison du Camp pénal et le seul garçon du groupe C.T Sarr a été lui envoyé à Rebeus.  Une autre personne F. Badji  qui dit-on est allé se cacher en Gambie est aussi activement recherché. 

 

Dans les faits, Oulèye Mané, journaliste a partagé entre amis dans le groupe Whatsapp un photomontage dans lequel apparaît le Président de la République du Sénégal allongé sur un lit en position indécente. Le montage photographique a été opéré de telle sorte de greffer la tête du Chef de l'Etat sur une photo d'homme nu.

 

 BARA FALL   arrêté pour apologie de crime après le drame au stade Demba Diop

 

 

bara-fall-prison-696x435.jpg

 

Les limiers de la Sûreté urbaine, en charge de l’enquête relative aux incidents survenus au stade Démba Diop le samedi 15 juillet (avec 8 morts te des centaines de blessés), ont procédé à l’arrestation du jeune Bara Fall, suite à son post sur facebook faisant «apologie du crime».

 

Dans le cadre de l’enquête concernant les incidents survenus au stade Demba Diop, les éléments de la Sûreté urbaine ont procédé, hier, à une interpellation.

 

Il s’agit de Bara Fall, placé en garde à vue pour «apologie du crime», après à un post sur le réseau social Facebook.

Le jeune garçon, âgé 19 ans, élève en classe de Seconde au lycée Baye Sam Mbaye de Louga, avait posté :

 

«On s’en fout. Ils ont bien eu ce qu’ils méritent, 9 morts, tous Mbourois. Je suis fier d’être Ouakamois»,

 

commentant ainsi l’événement tragique.

En conférence de presse, le procureur de la République avait promis des poursuites contre les auteurs de propos désobligeants concernant cette affaire. Aussitôt après cette déclaration qui fait peur, le jeune homme a changé le profil de sa page Facebook en y mettant le nom d’une femme : Sophie Ndiaye, avant de s’enfouir à Louga. Mais, grâce à son adresse IP, les enquêteurs sont parvenus à le localiser. Interpellé hier, il a été placé en garde à vue. Durant son audition, il a présenté des excuses et qualifié sa sortie de «commentaire maladroit qui a été compris autrement».

 

Amy Collé arrêtée pour propos insultants au Chef de l'Etat

 

929bd2dc952e97320787451dcb9c6c266bc1ed1a.jpg

 

 

 

Amy Collé Dieng est une chanteuse sénégalaise de mbalakh, musique acoustique… Elle est née le 12 Avril 1979 à Thiès, une région située à 70km de Dakar (Sénégal). Passionnée de musique, Amy Collé chante très souvent en écoutant beaucoup de ses artistes favoris tels que Youssou Ndour, Thione Seck… La jeune chanteuse rencontre Youssou Ndour à bas âge et ce dernier devient son grand protégé. Ayant côtoyé et suivi le grand chanteur durant une longue période, Amy Collé avait déjà en 2003 les ailes solides pour s’envoler à la conquête du monde en compagnie du « super étoile ». Elle a assuré les chœurs dans l’album SANT de Youssou Ndour qui a bénéficié d’un grammy awards en 2006.

 

Amy Collé : «Je n’étais pas moi-même, je suis enceinte» La chanteuse Amy Collé Dieng est en garde à vue depuis hier, jeudi 3 août. Elle s’est rendue elle-même à la DIC qui, sur ordre du procureur, était à sa recherche après qu’elle a tenu des propos injurieux à l’endroit du Président Macky Sall.

 

Pemba Bâ  arrêtée pour propos ethnicistes

 

9e19594f9329d587da6d382e91523dfe75e6edf2.jpg

 Penda Bâ vient d'être arrêtée par les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie.

Elle a été cueillie à Mbour. Selon nos informations, depuis qu'elle a posté sa vidéo, la Plateforme numérique de lutte contre la cybercriminalité de la gendarmerie logée à la Section de recherches était à ses trousses. Des éléments ont été dépêchés à Agnam et à Mbour. Les recherches entreprises ont permis de la localiser à Mbour. Elle est présentement en train de subir un interrogatoire dans les locaux de la Section de recherches, sise à la caserne Samba Diéry Diallo de Dakar. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, la jeune femme avait proféré de graves insultes et tenu des propos ethnicistes. Arborait un tee-shirt à l'effigie de Benno Bokk Yaakaar, elle soutenait qu'elle habite Agnam à Matam.

 

 

Diffusion d'images ou propos obscènes : Les menaces du Procureur de la République

 

11296755-18808528.jpg

 

Le Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Dakar, Serigne Bassirou Guèye a sorti un communiqué ce vendredi 4 août pour mettre en garde les "personnes mal intentionnées qui utilisent les réseaux sociaux et autres sites internet pour diffuser des images ou propos obscènes, injurieux et même à caractère ethnique".

 

De tels faits, dit-il, "sont contraires à nos valeurs de paix, de fraternité et d'entente cordiale. Ils portent atteinte à l'honorabilité des personnes ainsi qu'à l'ordre public et sont punis par les dispositions du Code pénal, notamment celles relatives à la cybercriminalité qui prévoient l'application de peines pouvant atteindre dix années d'emprisonnement".

 

À travers son communiqué, Serigne Bassirou Guèye met ainsi en garde "tous les auteurs de tels manquements, ainsi qu'aux administrateurs de sites, aux modérateurs et de façon générale à tous responsables du secteur concerné, aux fins de mettre un terme à ces agissements répréhensibles, sous peine de poursuites judiciaires".



05/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion