Une nouvelle rentrée en Afrique noire

8038153_afrique.png

Afrique mon Afrique

Afrique des fiers guerriers dans les savanes ancestrales

Afrique que chante ma grand-mère

Au bord de son fleuve lointain

Je ne t'ai jamais connue.

Mais mon regard est plein de ton sang

Ton beau sang noir à travers les champs répandu

Le sang de ta sueur

La sueur de ton travail

Le travail de l'esclavage

L'esclavage de tes enfants.

Afrique dis-moi Afrique

Est-ce donc toi ce dos qui se courbe

Et se couche sous le poids de l'humilité

Ce dos tremblant à zébrures rouges

Qui dit oui au fouet sur les routes de midi. 

Alors gravement une voix me répondit

Fils impétueux cet arbre robuste et jeune

Cet arbre là-bas

Splendidement seul au milieu des fleurs

Blanches et fanées.

C'est L'Afrique ton Afrique qui repousse

Qui repousse patiemment obstinément

Et dont les fruits ont peu à peu

L’amère saveur de la liberté.David Diop

ob_2722c1_afrique.png

 

Oui, j'ai bien retrouvé mon havre d'Afrique pour la 10ème fois...

Comme à chaque fois, la transition intercontinentale entre l'Europe et l'Afrique est saisissante et rassurante:

 

D'abord le climat

On quitte des nuages chargés de pluie, le vent froid et les giboulées de mars pour retrouver le ciel bleu illuminé du grand soleil d'Afrique...

 

Il y a aussi les hommes

On quitte des gens pressés qui n'ont jamais de temps pour vous écouter, qui ne vous posent aucune question, qui ne se parlent et ne se rencontrent plus, repliés sur eux-mêmes au creux de leurs familles mono-nucléaires pour retrouver les grandes foules d'Afrique qui vivent la fraternité humaine dans les rencontres de chaque jour, ici, chaque matin rassemble les hommes.

Quand on rentre d'Europe, les gens d'ici vous expriment leur manque de vous et c'est vrai que leur manque est tout aussi déchirant.

 

Il y a aussi le temps qui s'immobilise, la fin de l'empressement occidental, il y a le rythme de la vie des hommes qui vous tranquillise et vous invite à prendre "le temps de vivre"

 

Il y a toutes ces barrières qui tombent d'un seul coup, la symbiose entre l'homme et la nature vierge, le monde animal qui côtoie les humains, il y a ce mélange enrichissant entre les croyances, les pratiques religieuses, les options politiques et socio-culturelles.

Il y a tous ces sourires qui illuminent le visage des hommes...Il y a ces pauvres qui sont riches de leur pauvreté.

Ici, gémir n'est pas de mise.

 

f9ce0a468fcf7df5aea17bdab85e886d.jpg

Il y a aussi ce grand contraste entre l'urbanisme européen et africain, l'homme européen a construit des villes de béton, il a dominé la nature de toutes parts, partout des clôtures entre les monde des hommes et le monde animal, il a artificialisé ses villes. Ici, elles se construisent entre les baobabs géants et millénaires, ici on côtoie chaque jour le monde animal sauvage, la Nature, vierge de toute pollution urbanistique occidentale...

 

7b3c664616eb1b9a537c2cd4e06d815d.jpg50ff1fe38c3bfa7bf46c02c7b33fa57f.jpg

 

 



20/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres



"pourquoi les gens qui s'aiment se séparent-ils...parce qu'ils ne se séparent jamais...même quand ils se séparent"


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion